Et maintenant... Drogenbos

Etat de siège au conseil communal de Drogenbos jeudi soir. A la hâte, trois bancs ont été ajoutés aux... huit places habituellement prévues pour le public. Les caméras sont là, un élu du Vlaams Belang aussi (Joris Van Hauthem). Pas de forces de police supplémentaires prévues, mais deux cerbères veillent au grain.

Pierre Gilissen

Etat de siège au conseil communal de Drogenbos jeudi soir. A la hâte, trois bancs ont été ajoutés aux... huit places habituellement prévues pour le public. Les caméras sont là, un élu du Vlaams Belang aussi (Joris Van Hauthem). Pas de forces de police supplémentaires prévues, mais deux cerbères veillent au grain.

L'Union des francophones locale a annoncé ce midi, par un communiqué, l'ajout à l'ordre du jour (il y a bien un conseil communal "normal" prévu ce jour-là) d'une motion concernant l'usage du français au sein du conseil communal, du conseil de police et des différentes commissions. Bref, la même motion qui avait été lue à Wezembeek-Oppem, Linkebeek et Kraainem le 22 octobre dernier. Ici, l'UF de l'échevine Corinne François détient six sièges, la liste "bilingue" Drogenbos Plus du bourgmestre Alexis Calmeyn huit, et la liste flamande Accent un seul. Souvent qualifié de "Flamand" par les partis francophones, le bourgmestre Alexis Calmeyn se considère comme un "francophone très bon bilingue" et n'a pas de carte de parti.

Le point "treize"

Le conseil démarre dans une ambiance bon enfant à 20 h.Vers 20 h 50, arrive le fameux point treize (sic). Pour l'UF, le conseiller communal Gilbert Leenen lit en français et en néerlandais la motion sur l'emploi des langues par les conseillers communaux. Trois secondes de protestation de l'élu du Belang qui est immédiatement évacué de la salle. M. Leenen continue en français sur le vote BHV de la semaine dernière : "C'est la première fois qu'une majorité diminue les droits d'une minorité." Protestations du président du conseil (qui n'est pas le bourgmestre à Drogenbos) : il faut s'exprimer en néerlandais d'abord ! Le conseiller d'opposition Marc Verhellen surprend tout le monde en français : "Le problème dans ce pays, c'est qu'il n'y a que 250 000 vrais belges bilingues. Les autres ce sont des Flamands ou des francophones. Et c'est un CD&V qui vous le dit !" Puis, le calme revient. Alexis Calmeyn intervient : "Si la motion proposée a pour but d'avoir une attitude solidaire par rapport à la non-nomination des trois bourgmestres, je la soutiens. Ce sont trois bourgmestres qui font bien leur travail. Par contre, vu le climat politique belge actuel, je trouve le moment et le lieu inadaptés." Il estime que sa commune a toujours été considérée comme un exemple en matière de paix communautaire. Les élus UF votent la motion, les autres contre, sans exception.

Pour Alexis Calmeyn, l'incident du jour est une première, téléguidée par des états-majors politiques. A l'UF, on dément. Pour la chef de file Corinne François, le vote de cette motion est prévu depuis trois semaines. Une autre élue de la liste : "En commission, plusieurs élus de la liste Drogenbos Plus parlent français, mais pour les seules séances qui se déroulent en public, on ne peut pas ! On est en Absurdie."