62% des Bruxellois et des Wallons veulent interdire la voiture en ville

Les Bruxellois et les Wallons veulent des mesures plus fortes en cas de pic de pollution et se montrent prêts à faire de gros efforts, indique une étude menée par Dedicated Research. Ainsi, 62 pc des sondés sont d'accord d'interdire la circulation dans les centres villes en cas de pic de pollution.

62% des Bruxellois et des Wallons veulent interdire la voiture en ville
©Bauweraerts

Les Bruxellois et les Wallons veulent des mesures plus fortes en cas de pic de pollution et se montrent prêts à faire de gros efforts, indique une étude menée par Dedicated Research. Ainsi, 62 pc des sondés sont d'accord d'interdire la circulation dans les centres villes en cas de pic de pollution. "Les Wallons et Bruxellois sont extrêmement préoccupés par ces phénomènes de pollution et veulent que les pouvoirs publics prennent des mesures plus radicales en particulier vis-à-vis de l'usage de la voiture", explique le directeur de Dedicated Research, Marc Dumoulin.

En effet, 77 pc des sondés considèrent que les pics de pollution représentent un danger pour leur santé. Cette proportion passe à 91 pc lorsqu'il s'agit de la santé des personnes plus fragiles, telles que les enfants ou les personnes âgées.

Par ailleurs, 75 pc des sondés identifient clairement la voiture comme cause principale des pics de pollution et sont prêts à ce que les pouvoirs publics prennent des mesures plus radicales. Ainsi, lors des pics de pollution, 62 pc des sondés sont d'accord d'interdire la circulation dans les centres villes.

En dehors des pics de pollution, 86 pc des sondés demandent que l'on investisse plus massivement dans les transports en commun, 67 pc sont d'accord de taxer plus lourdement les véhicules les plus polluants et 55 pc sont en faveur d'un péage urbain.

Quelque 700 Wallons et Bruxellois ont été interrogés pour le sondage.