Coupables à des degrés divers

Le jury d'assises de Bruxelles-Capitale est entré en délibération, mardi en fin de matinée, au procès en cause d'"Orson" Mangala Ikete, de "Mulayi" Fabrice Mukuna, de Tchibamba Lomami, de "Grace" Pedro Garcia Kialanda, et de Trésor Mutamba.

D'après Belga
Coupables à des degrés divers
©BELGA

Le jury d'assises de Bruxelles-Capitale est entré en délibération, mardi en fin de matinée, au procès en cause d'"Orson" Mangala Ikete, de "Mulayi" Fabrice Mukuna, de Tchibamba Lomami, de "Grace" Pedro Garcia Kialanda, et de Trésor Mutamba.

D'origine congolaise ou angolaise, ils répondaient de l'assassinat de Lionel Isenge commis la nuit du 22 au 23 octobre 2005, devant la discothèque "Lounge Bar", dans le centre de Bruxelles.

Selon le ministère public, les cinq accusés sont membres d'une bande urbaine, les Black Wolves, née à Matonge mais qui a tenté d'étendre son influence dans le centre de Bruxelles. Les Black Wolves auraient été dirigés par "Orson" jusqu'à son arrestation et ce dernier aurait prétendu avoir la mainmise sur le Lounge Bar, d'où l'origine de la querelle.

La victime était, quant à elle, le leader des "Finest" également surnommés bande de Berchem-Sainte-Agathe. Le contexte général des évènements serait celui de rivalités entre bandes.

Grace Kialanda a avoué s'être avancé vers la victime, un couteau à la main et le bras tendu. Selon lui, Lionel Isenge serait venu s'empaler accidentellement sur son arme. Le procureur général a estimé que Kialanda devait être reconnu coupable de meurtre et non d'assassinat, que Trésor Mutamba devait être acquitté, et que les trois autres accusés devaient être reconnus coupables de coups et blessures volontaires ayant entraîné la mort sans intention de la donner, avec la circonstance aggravante de la préméditation.

Pour les parties civiles, au contraire, les cinq membres des Black Wolves se sont concertés "pour pointer la victime", soit la tuer. Elles avaient donc plaidé l'assassinat et avancé la culpabilité de tous les membres du quintet. Pour la défense de Kialanda, Me Didier De Quévy avait combattu la circonstance aggravante de préméditation et Me Nathalie Gallant insisté sur l'existence d'une provocation dans le chef de la victime. Les deux avocats n'avaient reconnu que les coups et blessures provoqués par la victime. Les défenseurs de Trésor Mutamba avaient, eux, on le devine, plaidé l'acquittement sur toute la ligne pour leur client. La défense d'Orson Mangala rejoint le procureur général pour considérer qu'il était coupable de coups et blessures ayant entraîné la mort sans intention de la donner mais avait exclu toute préméditation. Pour Fabrice Mukuna, Me Pascale François avait plaidé l'acquittement. Enfin, la défense de Popaul Lomami avait estimé que son client n'était coupable que de coups et blessures simples. Il a, selon ses conseils, voulu défendre son ami Orson Mangala que la victime avait frappé à la tête.

Finalement, le jury a déclaré Grace Kialanda, coupable de meurtre et Orson Mangela coupable de coups et blessures sans intention de donner la mort. Les trois autres ont été reconnus coupables de coups simples, étrangers au décès de la victime.

L'arrêt sur les peines devrait tomber ce mercredi après-midi.