La pression monte dans la périphérie bruxelloise

La guérilla communautaire redémarre dans la périphérie bruxelloise : alors que l'on apprenait que les candidats bourgmestres de Linkebeek, Wezembeek-Oppem et Kraainem que le ministre flamand de l'Intérieur, Marino Keulen refuse toujours de nommer allaient. Ecoutez Damien Thiéry, le bourgmestre déchu de Linkebeek, sur Ciel radio

Christian Laporte
La pression monte dans la périphérie bruxelloise
©BELGA

La guérilla communautaire redémarre dans la périphérie bruxelloise : alors que l'on apprenait que les candidats bourgmestres de Linkebeek, Wezembeek-Oppem et Kraainem que le ministre flamand de l'Intérieur, Marino Keulen refuse toujours de nommer allaient quand même être reproposés, cette semaine encore, le ton est monté d'un cran. D'abord, le ministre Open VLD a fait savoir qu'il ne changerait pas d'avis. "Car il n'y a rien de neuf dans le dossier" qui justifierait de nommer Damien Thiéry (FDF), François van Hoobrouck (MR) ou Arnold Oreye de Lantremange. Et de rappeler une fois encore que s'il refusait de signer leur acte de présentation, c'était parce qu'ils avaient, à ses yeux, transgressé la législation linguistique en envoyant des convocations électorales en français lors des dernières élections. Fait aggravant selon Keulen : ils ont aussi réuni un conseil communal où ils ont volontairement fait usage du français. Le libéral flamand qui a la tutelle des communes de la périphérie espère toujours que "le bon sens l'emportera" et rappelle que les majorités francophones de Rhode, Drogenbos et Wemmel ont, elles, bel et bien vu leurs candidats ceindre l'écharpe tricolore.

Olivier Maingain, le président du FDF a estimé que "M. Keulen refermait le débat institutionnel" . "Pour nous, a-t-il précisé, ce n'est pas très grave car nous ne sommes pas demandeurs d'un tel débat... mais nos bourgmestres sont toujours en fonction."

Quant à Marino Keulen, pointé par "Libé" parce qu'il a refusé une interview à son correspondant, il a tenu à préciser qu'il veut bien la donner à condition qu'elle se fasse en néerlandais. Avec l'aide d'un interprète, on l'aura compris... Pas dans sa seule "moedertaal" donc !