L'éthique de retour en Flandre?

La Flandre est-elle en train de vivre un réveil éthique, inspiré par le retour au pouvoir des chrétiens-démocrates ? Ces dernières semaines, une série d'incidents dans le domaine culturel ont incité les médias du Nord à poser cette question.

L'éthique de retour en Flandre?
©
JAN DE TROYER

La Flandre est-elle en train de vivre un réveil éthique, inspiré par le retour au pouvoir des chrétiens-démocrates ? Ces dernières semaines, une série d'incidents dans le domaine culturel ont incité les médias du Nord à poser cette question. Tout a commencé quand le député de la province d'Anvers, Ludo Helsen -CD & V- a opposé son veto à l'exposition d'une sélection de la "fenomenale feminatheek" de Louis-Paul Boon au Musée provincial de la photographie. Il s'agissait d'une sélection des 22 400 photos érotiques que l'écrivain Louis-Paul Boon avait minutieusement collectionnées au cours de sa carrière littéraire, jusqu'à sa mort en 1979. Boon découpa les "miss" dans des magazines qu'il achetait en Hollande, et réalisa, entre 1954 et 1979, dans des boîtes de cigares, un classement systématique des différents types de femmes, une sorte d'étude de la représentation de la femme. Cette "féminathèque" contient aussi une série de nymphettes, des "lolitas", la section qui, dans notre ère post-Dutroux, est sans doute la plus sensible.

Carrés noirs sur les mamelons

Puis, il y eut la décision du bourgmestre CD & V de Tamise, Luc De Ryck, d'interdire, début avril, le spectacle du cabaretier Vitalski "Mijn leven met Leterme", programmé par le centre des jeunes de la ville. Sur l'affiche de ce spectacle, on pouvait admirer Yves Leterme s'apprêtant à rouler un patin à Joëlle Milquet. Le centre a dû annuler, sur ordre du même bourgmestre, la projection du film flamand "Ex-Drummer" qui relate l'existence nihiliste de quelques jeunes. Au même moment, on pouvait entendre dans le même camp idéologique des condamnations de l'euthanasie de Hugo Claus. Ensuite, un habitant de Borgloon, qui a préféré rester anonyme, a porté plainte contre une oeuvre de l'artiste Luk Vermeerbergen, une sorte d'exposition ambulante de photos érotiques. Le bourgmestre n'a trouvé rien de mieux que de faire coller des carrés noirs sur les mamelons exposés... Finalement, quelques élus du CD & V ont jugé nécessaire de critiquer la campagne "Ik ben Tolero", destinée à inciter la jeunesse à la tolérance envers ceux qui ne sont pas hétéros.

Le CD & V divisé

Cette série d'incidents a provoqué des appels à la vigilance envers ceux qui ne peuvent cacher une nostalgie de l'époque où la Flandre était régie par ce qui était annoncé du haut de la chaire de vérité. En même temps, on a pu constater qu'outre les questions communautaires, il y a aussi des appréciations éthiques qui divisent le CD & V. Les jeunes CD & V ont pris la défense de la campagne "Tolero", et plusieurs représentants des chrétiens-démocrates se sont montrés plutôt amusés par l'affiche présentant le couple Milquet-Leterme. Le monde culturel flamand a été unanime pour qualifier de censure l'interdiction de l'exposition de Boon.

On ne peut pas dire pour autant que l'opinion publique flamande soit envahie par une flambée de puritanisme. Récemment, un couple homosexuel, pris sur le fait dans les dunes à Bredene, n'a pas été condamné par le tribunal. Personne n'a crié au scandale. Les attitudes et le comportement de la grande majorité des Flamands dans le domaine de la vie affective et sexuelle ne justifient pas l'idée qu'un retour de démocrates-chrétiens au gouvernement doive automatiquement signifier celui d'une certaine éthique. Mais il reste apparemment quelques attardés, qui n'ont pas compris que, sur ce plan, plus aucune marche arrière n'est possible.


Jan De Troyer, Rédacteur en chef/directeur de TV Brussel et Chroniqueur à la RTBF