La ravisseuse du petit Garode sous mandat d'arrêt

Dorothée Ballieux, la ravisseuse du petit Garode, cet enfant de sept mois enlevé vendredi à la clinique Notre-Dame à Charleroi, a été placée sous mandat d'arrêt dimanche par le juge d'instruction de la Serna, à Charleroi.

La ravisseuse du petit Garode sous mandat d'arrêt
© BELGA
Belga

Le petit Garode, ce bébé de 7 mois disparu depuis vendredi du Centre Hospitalier Notre-Dame et Reine Fabiola à Charleroi, a été retrouvé dimanche peu après minuit à Jumet, dans une maison de la chaussée de Bruxelles, par des enquêteurs du Service de Recherche de la police locale de Charleroi. Sa ravisseuse et son compagnon étaient également présents dans la maison. L'enfant dormait et n'avait pas subi de sévices.

La jeune femme qui a kidnappé vendredi après-midi Garode, un bébé de sept mois qui se trouvait à l'hôpital Notre-Dame et Reine Fabiola à Charleroi, a enlevé l'enfant pour tenter de renouer avec un ancien ami, a-t-on appris dimanche auprès du parquet de Charleroi. Le bébé a été retrouvé sain et sauf, dimanche peu après minuit à Jumet, dans une habitation de la chaussée de Bruxelles.

L'enfant était placé en clinique par décision judiciaire. Il ne se trouvait plus dans son lit vendredi vers 13h45. Trois femmes de ménage l'ont constaté mais elles ont cru qu'il était en soins. Une infirmière, un peu plus d'une heure plus tard, a fait le même constat et a donné l'alerte. Les recherches ont débuté, menées de concert par Child Focus, la police judiciaire locale et la cellule disparition de la police fédérale.

Les enquêteurs ont visionné une vidéo de l'entrée de la clinique et ils y ont vu une jeune femme filmée à son entrée, puis ressortant peu après, poussant un bébé dans poussette d'un modèle particulier à l'hôpital. Une infirmière a reconnu l'enfant qui se trouvait dans la poussette et les enquêteurs ont identifié la jeune femme, une certaine Dorothée Ballieu, née en 1977, et qui fait l'objet de plusieurs enquêtes pour vols et abus de confiance. Ces faits, ayant été commis sous différentes identités, n'ont pas facilité les recherches.

Sa photo a été montrée aux victimes de ces différents faits, ce qui a permis de mieux l'identifier par son numéro de téléphone et la voiture qu'elle utilisait. Elle a finalement été localisée et peu après minuit, la police s'est présentée dans l'habitation de la chaussée de Bruxelles à Jumet, où le petit Garode dormait paisiblement. Il n'avait pas subi de sévices: la jeune femme s'en était occupée avec beaucoup de soins.

Entendue par la police, elle est rapidement passée aux aveux. Elle avait perdu il y a peu un enfant mort quelques jours après sa naissance. Elle a kidnappé le petit Garode en y voyant un motif de renouer avec son ancien compagnon. Elle le lui a montré en lui disant qu'il en était le père et il l'a cru. Il était de bonne foi, selon les éléments actuels de l'enquête. La jeune femme était également allée montrer le bébé comme s'il était le sien, à plusieurs relations.

Dorothée Ballieux, la ravisseuse du petit Garode, cet enfant de sept mois enlevé vendredi à la clinique Notre-Dame à Charleroi, a été placée sous mandat d'arrêt dimanche par le juge d'instruction de la Serna, à Charleroi, apprend-on auprès du Parquet. Elle a été inculpée d'enlèvement de mineur de moins de douze ans (ce qui peut entraîner une peine de 5 à 10 ans de prison) et de détention arbitraire, une inculpation pour laquelle le Code pénal prévoit une peine de trois mois à deux ans de prison.