Le CD&V veut des garanties

Plusieurs personnalités du CD&V ont indiqué mercredi en début de soirée, avant la réunion du Bureau du parti, n'être pas opposées par principe à un dialogue de Communauté à Communauté, mais vouloir des garanties de résultats d'une réforme de l'Etat.

Belga
Le CD&V veut des garanties
©BELGA

Après la démission du premier ministre Yves Leterme, il revient aux Francophones d'avancer des propositions, a répété Tony Van Parys. Et s'il s'agit de sortir de la crise par un dialogue de Communauté à Communauté, comme cela a été avancé le week-end dernier, des garanties de réussite d'une réforme de l'Etat seront indispensables, a souligné la présidente du parti, Marianne Thyssen.

Cette piste "nous paraît bonne, mais jusqu'à présent, elle n'a rien donné", a-t-elle ajouté. Le chef de groupe CD&V à la Chambre, Servais Verherstraeten, a répété à ce propos que ce dialogue, s'il était mis en oeuvre, devrait être placé sous la co-présidence des ministres-présidents Kris Peeters (Flandre) et Rudy Demotte (Communauté française et Région wallonne).

Les Francophones, favorables à l'implication forte du niveau fédéral, avaient eux proposé le vice-premier ministre fédéral Didier Reynders pour co-présider ce groupe. Servais Verherstraeten a également qualifié de "pas symbolique important dans la direction du confédéralisme" l'attitude du roi qui a invité les ministres-présidents des entités fédérées lors des consultations.

Mais tous les membres du parti ne sont pas gagnés à l'idée d'un dialogue de Communauté à Communauté, tel Erik Van Rompuy, qui y voit une initiative par trop favorable aux Francophones, en raison de l'incertitude de résultats qu'elle comporte. "C'est un enterrement de première classe", commente-t-il.

Quant au nom du successeur d'Yves Leterme, certains soulignent que ce dernier est toujours premier ministre tant que le roi n'a pas accepté sa démission.

Le Bureau du CD&V s'est réuni mercredi à 17 heures au siège du parti à Zellik, en l'absence du premier ministre Yves Leterme, et avant l'assemblée générale mensuelle du parti.