Union sacrée entre Picqué et opposition

Le groupe MR du parlement bruxellois a lancé mercredi une mise en garde contre toutes les tentations qui viseraient à mettre hors jeu la Région bruxelloise, dans le cas où discussions sur l'avenir institutionnel du pays seraient organisées au niveau des entités fédérées.

Belga
Union sacrée entre Picqué et opposition
©BELGA

Par la voix de son chef de groupe Françoise Schepmans, la principale force de l'opposition au parlement régional a ainsi rejoint le ministre-président Charles Picqué (PS) pour qui il ne pourrait y avoir de grande réforme de l'Etat sans associer dûment la Région-capitale.

"Que cela concerne l'éventuel élargissement de la capitale à certaines communes périphériques, le refinancement de ses structures et, bien évidemment, l'extension de la régionalisation de compétences fédérales, il ne saurait y avoir de solution à la crise sans un dialogue franc mais respectueux, sans exclusives ni tabous, entre toutes les communautés linguistiques et les régions du pays", a souligné Françoise Schepmans.

Pour elle, il y a lieu de s'inquiéter devant les propos récents du ministre-président flamand Kris Peeters qui, comme certains élus du Nord du pays, s'est exprimé en faveur d'un fédéralisme à deux, Bruxelles n'étant pas considérée comme une Région égale aux deux autres.

"Le fédéralisme renouvelé se fera avec une Région bruxelloise égale à la Flandre et à la Wallonie, ou il ne se fera pas", a-t-elle averti.