Charles Picqué confirme derrière l'inoxydable Guy Verhofstadt

Il a beau avoir disparu de la scène publique depuis le mois de mars et n'être plus entré dans l'actualité que par le petit bout de la lorgnette - ou plutôt du binocle : la presse a rapporté qu'il porte de nouveau une paire de lunettes classique...- toujours est-il que Guy Verhofstadt recreuse l'écart au classement de la popularité, flirtant même avec les 50 points. Un score qu'il a même augmenté à la faveur de la crise du cartel flamand ! Cela dit, des acteurs directs, c'est sans conteste Charles Picqué qui s'impose comme l'homme politique bruxellois le plus apprécié.

Il a beau avoir disparu de la scène publique depuis le mois de mars et n'être plus entré dans l'actualité que par le petit bout de la lorgnette - ou plutôt du binocle : la presse a rapporté qu'il porte de nouveau une paire de lunettes classique...- toujours est-il que Guy Verhofstadt recreuse l'écart au classement de la popularité, flirtant même avec les 50 points. Un score qu'il a même augmenté à la faveur de la crise du cartel flamand ! Cela dit, des acteurs directs, c'est sans conteste Charles Picqué qui s'impose comme l'homme politique bruxellois le plus apprécié.

Il ne fait pas de doute que ses prises de position généralement modérées sur la place de la Région bruxelloise dans une Belgique à trois régions lui valent une sympathie certaine, tout comme sa (relativement) bonne entente avec ses collègues flamands. Il gagne en tout cas six points par rapport à juin et cela lui permet de larguer aussi à bonne distance le président du MR, Didier Reynders (32 au lieu de 31 en juin) et la "patronne" du CDH, Joëlle Milquet (30, moins deux).

Suit ensuite une autre Arlésienne bruxelloise, si l'on ose dire : le commissaire européen Louis Michel qui ne cesse de grimper (29, même 30 la semaine précédente contre 26 en juin) alors qu'il est totalement absent de la scène belgo-belge. De quoi inciter le grand homme de Jodoigne à se présenter dans la capitale ? Ce n'est pas le plan de bataille actuel au siège du MR...

Au hit-parade bruxellois, le ministre-Président de la Communauté française (et de la Région wallonne) Rudy Demotte gagne aussi 8 points et c'est de ce fait l'un des autres grands mouvements du baromètre. Jean-Michel Javaux le talonne avec une nouvelle poussée de 4 points et est à égalité avec Elio Di Rupo qui perd des plumes de sondage en sondage, alors qu'Olivier Maingain et Isabelle Durant se stabilisent, suivis par le président du Sénat Armand De Decker. L'on peut penser que la vision unioniste du bourgmestre d'Uccle lui permet de grappiller de nouveaux points.

Dans le camp flamand, c'est sans conteste Guy Vanhengel qui émerge, passant de 3 à 11 unités. Là encore, les Bruxellois semblent avoir apprécié la vision plus bruxello-flamande que flamande tout court du "ketje" d'Evere. Il devance en tout cas tous ses frères du Nord avec Yves Leterme qui a, lui, gagné 4 points depuis le mois de juin.

Sur le même sujet