Des ovnis dans la campagne électorale

Dans une campagne, on distingue généralement les grands partis dont on parle beaucoup des petits qui se plaignent souvent qu'on ne parle pas assez d'eux. Mais il y a aussi des listes dont on ne parle jamais, mais alors, vraiment jamais. "La Libre" en a fait l'inventaire. Des surprises dans les urnes.

Des ovnis dans la campagne électorale
©D.R.
Vincent Rocour

Dans une campagne, on distingue généralement les grands partis dont on parle beaucoup des petits qui se plaignent souvent qu'on ne parle pas assez d'eux. Mais il y a aussi des listes dont on ne parle jamais, mais alors, vraiment jamais. "La Libre" en a fait l'inventaire. Des surprises dans les urnes.

Il y a d'abord les militants. Le "Parti des pensionnés" par exemple a déposé une liste à Liège. Son fondateur, Marcel Florani, un ancien indépendant de 71 ans, rêve - notamment - d'une pension minimale à 1 250 euros nets.

Dans la même catégorie, mais d'un tout autre genre, on voit la liste "musulmans.be" à Bruxelles. Une liste derrière laquelle on retrouve un habitué des élections : Jean-François Bastin. Le programme est conforme au nom de la liste : piscine réservée aux filles, repas halal et casher dans les cantines scolaires, etc.

Toujours à Bruxelles, il y a la liste "Egalité". "Egalité sans guillemets" (c'est le nom complet du mouvement) prône la gratuité de la STIB, un meilleur accès au logement, la fin des discriminations à l'embauche, etc. Elle rêve aussi de jumeler Bruxelles avec Gaza. On ne s'en étonnera pas : la tête de liste est Nordine Saïdi, par ailleurs le porte-parole du "Mouvement Citoyen Palestine".

Plus drôles, il y a les francs-tireurs. Pointons la liste "Belgique Positif" dans le Brabant wallon, une liste tirée, poussée et portée par le seul Alexandre Goffin. Lequel n'est pas un coup d'essai : aux élections de juin 2007, il récoltait 177 voix. Alexandre Goffin se présentait alors comme "manœuvre non qualifié faisant fonction de chauffeur de car", s'opposant à la dissolution de l'Etat belge et se désolant de la baisse de confiance dans l'Etat..

Dans la même veine, il y a la liste ACNV (pour "Alternative Citoyenne"), dans l'arrondissement Neuchâteau-Virton. Ce n'est pas la liste d'un seul homme, mais d'une même famille. La tête de liste est Daniel Decker, un fonctionnaire du ministère des Finances. A la deuxième et dernière place, on retrouve sa fille, Floriane Decker. Fondée en mars, Alternative citoyenne dénonce les politiciens "qui n'agissent qu'en fonction de leurs intérêts privés" ainsi que "les responsables de la lutte contre la pollution qui ne prennent jamais que des demi-mesures en faveur de l'environnement". Le programme part un peu dans tous les sens. Pour ACNV notamment, et en vrac, "les primes doivent être octroyées en fonction des tonnes de CO2 épargnées", il faut "exclure les abonnements par téléphone", les dates de péremption sur les denrées alimentaires doivent être "visibles à l'encre noire (exclure les dates poinçonnées quasi invisibles)". Plus original encore, l'ACNV propose que "tout document signé doit contenir le nom de la personne qui signe" et que soit établie "une liste publique des marques qui ont des emballages qui se déchirent autrement que de s'ouvrir par les ouvertures prévues à cet effet; marre d'être éclaboussé en versant, en ouvrant, de renverser, de forcer outre mesure, etc.".

Dans le genre franc-tireur, Luc Vanbressem ne fait pas mal non plus. L'homme habite Evere. Il est connu pour donner des trèfles à 4 feuilles - "nombreux dans la commune", dit-il, - aux personnes moroses. Il a récemment fondé un parti, "Trèfle" forcément, mais ce n'est pas la première fois qu'il dépose une liste à Bruxelles : il l'avait déjà fait en juin 2007 où il avait récolté 107 voix. Au programme : une plus grande décentralisation de la prise de décision politique et la création de terrains de billes dans les parcs publics. Entre autres.

Il y a aussi ceux qu'on pourrait qualifier d'idéalistes, même s'ils en refuseraient sans doute l'étiquette. Prenez la liste DP (pour "Diversité positive") à Bruxelles, qui prétend être la "première en Europe à être créée et fondée par des migrants". Les candidats DP ont de l'ambition : ils promettent de "faire mieux que les autres mandataires politiques anciens ou sortants dans tous les domaines clés de la vie quotidienne". Avec eux, ce serait la décentralisation avec la mise sur pied d'un corps "de conseillers de rue et de sous-conseillers responsables de 20 à 40 habitations à Bruxelles".

Prenez aussi Vélorution. Cette liste, qui se présente à Bruxelles comme à Verviers ne prône pas seulement une mobilité propre (en généralisant par exemple une limitation de vitesse à 30 kms/h pour les voitures), mais est aussi adepte de la décroissance. Elle prétend être à Ecolo ce que le PTB est au PS...

Et puis, il y a une liste fantôme à Bruxelles. En dépit de recherche fouillée, sur Internet notamment, impossible de savoir qui se cache derrière la liste P.S.H. ni ce qu'elle prône.

© La Libre Belgique