D. Thiéry n'a pas pu coller ses affiches à Hal

Le bourgmestre non nommé de Linkebeek Damien Thiéry a été accueilli par des jets d'oeufs vendredi en fin de journée à Hal. Il s'y était rendu pour coller ses affiches électorales, alors que la commune avait interdit la présence d'affiches de formations non représentées au Conseil communal. Le CD&V augmente son avance sur les autres partis Le juge de paix dément qu'il a renvoyé des francophones à Drogenbos Plus de panneaux du tout à Hal!Vers notre dossier "Elections 09"

BELGA
D. Thiéry n'a pas pu coller ses affiches à Hal
©BELGA

Le bourgmestre non nommé de Linkebeek Damien Thiéry a été accueilli par des jets d'oeufs vendredi en fin de journée à Hal. Il s'y était rendu pour coller ses affiches électorales, alors que la commune avait interdit la présence d'affiches de formations non représentées au Conseil communal sur les panneaux électoraux officiels, jusqu'à ce que le tribunal de première instance juge mercredi ce règlement illégal et discriminatoire. Il a été accueilli par quelques dizaines de militants du Taal AktieKomitee et du Voorpost en colère.

Ceux-ci ont lancé quelques oeufs dans sa direction, aux cris de "Facliteiten, stommiteiten" (facilités, bêtises) et tenté en vain de rompre le cordon policier qui avait été disposé autour de lui, à son approche de l'emplacement des panneaux que le bourgmestre Dirk Pieters (CD&V) avait fait enlever. Damien Thiéry a fait constater par l'huissier qui l'accompagnait qu'il ne lui était pas possible de présenter ses affiches à la population locale. Son objectif est de déposer une nouvelle plainte contre la commune.

Les candidats de la liste Union des Francophones ont renoncé à se rendre à Hal vendredi en fin de journée "pour ne pas faire le jeu des fascistes flamingants". Seul le bourgmestre non nommé de Linkebeek, Damien Thiéry, se rendra sur place, accompagné d'un huissier de justice, pour constater qu'il lui est impossible de faire respecter la décision de justice autorisant l'affichage en français sur les panneaux électoraux à Hal, a fait savoir le FDF, vendredi en début d'après-midi.

Pour le Front Démocratique des Francophones, en annonçant le retrait des panneaux d'affichage électoral, sous prétexte de maintien de l'ordre public, le bourgmestre CD&V de Hal, M. Dirk Pieters, a fait clairement le choix de donner raison aux mouvements flamingants et fascisants liés au Vlaams Belang, Tak et Voorpost.

Ce faisant, il se rend responsable d'une nouvelle atteinte à des droits démocratiques et devra en répondre devant les autorités judiciaires. En effet, il incombe à un bourgmestre de garantir la liberté d'expression des démocrates face aux méthodes d'intimidation et d'agression des nationalistes et extrémistes flamands.

"A l'évidence, un nombre croissant de mandataires politiques flamands estiment qu'ils n'ont à respecter ni la Constitution, ni la loi, et pas davantage à exécuter des décisions de justice, même lorsqu'elles sont rendues par un magistrat flamand. Avec l'aide de milices, ils imposent la loi de la terreur. Cette évolution grave et préoccupante rappelle des heures sombres de l'histoire", a commenté le FDF.

Le tribunal de première instance de Bruxelles siégeant en référé a jugé mercredi que le règlement de police de la ville flamande de Hal enfreint les principes constitutionnels d'égalité et de non-discrimination en interdisant l'affichage électoral sur les panneaux communaux à tout parti n'étant pas représenté au Conseil communal de la ville, des espaces étant toutefois réservés aux autres listes flamandes non représentées au Conseil.

La décision du tribunal, siégeant en néerlandais, faisait suite à une plainte du bourgmestre non nommé de Linkebeek Damien Thiéry (en tant que candidat sur la liste MR aux élections européennes) contre le règlement, qui interdisait de fait l'affichage électoral des listes francophones.

Le tribunal considère que ce règlement enfreint les principes d'égalité et de non-discrimination consacrés par les articles 10 et 11 de la Constitution, en ce qu'il interdit l'affichage électoral à des listes francophones pour l'élection du parlement européen dans la circonscription électorale de Bruxelles-Hal-Vilvorde.

Le Tribunal y voit également une violation de la loi anti-discrimination du 10 mai 2007. Au lendemain de cette décision de Justice, le bourgmestre de Hal avait ordonné le retrait des panneaux électoraux de la commune.

Le 22 mai dernier, des membres de l'UF s'étaient rendus à Hal pour y coller des affiches. Ils n'y étaient pas parvenus, étant pris à partie par des activistes flamands du Voorpost et du Taal Aktie Komitee, en présence de forces de l'ordre en effectifs réduits.