Edmée De Groeve suspectée d'abus de biens sociaux

Un dossier a été mis à l'information pour suspicion d'abus de biens sociaux, à propos d'Edmée De Groeve, présidente du conseil d'administration de l'aéroport de Charleroi, apprend-on mardi auprès du parquet de Charleroi. De Groeve : une femme de pouvoir respectée et crainte

Ph. Law.
Edmée De Groeve suspectée d'abus de biens sociaux
©D.R.

Un dossier a été mis à l'information pour suspicion d'abus de biens sociaux, à propos d'Edmée De Groeve, présidente du conseil d'administration de l'aéroport de Charleroi, apprend-on mardi auprès du parquet de Charleroi.

Charleroi Airport : maladresse et erreur

Réagissant à nos informations sur les "dépenses somptuaires et privées" d'Edmée De Groeve (PS), présidente de BSCA, sur le compte de la société, le ministre de tutelle André Antoine (CDH) a demandé, via la Société wallonne des aéroports (Sowaer), la réunion d'un conseil d'administration extraordinaire de la société gestionnaire de l'aéroport de Charleroi. Celle-ci s'est tenue lundi soir et selon nos informations, les administrateurs auraient réitéré leur confiance à la présidente. Il a toutefois été demandé de scruter en profondeur les comptes 2008 et passer au peigne fin les frais de tout le management. Edmée De Groeve a fourni des explications notamment sur le voyage à Tenerife avec séjour de trois nuits dans un hôtel 5 étoiles (en compagnie de 10 personnes dont son compagnon, un frère d'Elio Di Rupo et un autre du ministre Paul Magnette) et les invitations VIP au GP de F1 à Francorchamps.

Pour André Antoine, il faut faire la clarté sur cette polémique déclenchée par la citation en référé de l'ex-CEO, Marcel Buelens, licencié "manu militari" par la présidente. "C'est un devoir de vérité et de transparence que nous cherchons. Il faut aussi examiner la gouvernance au sein des aéroports wallons, ce qui suppose l'élaboration de nouvelles règles communes à respecter à Charleroi et à Liège Airport, notamment la fin des cartes de crédit", nous a confié André Antoine. Il demande donc un "rapport complet et urgent" sur le sujet avec l'aide des réviseurs, avant l'assemblée générale (AG) de BSCA fixée au 19 juin. A défaut, il n'est pas exclu que la Région wallonne demande le report de l'AG pour que toute la lumière soit faite sur le dossier. Elle est en train de finaliser la privatisation partielle de BSCA (vente de plus de 27 % au consortium SAVE/holding communal) et veut éviter que des zones d'ombre viennent ternir l'opération. Des administrateurs que nous avons joints avant le conseil sont enclins à croire la présidente quand elle affirme que le voyage à Tenerife était un cadeau du management de BSCA, mais ils sont interpellés par le mail qu'elle a envoyé à Jetairfly et qui indiquerait qu'elle est à l'initiative de la démarche. Par ailleurs, la présence de son compagnon ainsi que des frères des socialistes Di Rupo et de Magnette dans la délégation à Tenerife leur pose question. Selon nos informations, Edmée De Groeve reconnaîtrait officieusement avoir commis "une maladresse, voire une erreur" à ce niveau. "Je comprends les remarques et je ne me laisserai plus prendre à ce jeu", nous a-t-elle confié. Elle entend poursuivre l'ex-CEO pour diffamation et va maintenant examiner les modalités avec son avocat, Me Marc Preumont.

© La Libre Belgique 2009

Sur le même sujet