L’asile dans un centre fermé

René arrive le 2 mars 2008 à l’aéroport de Bruxelles avec un faux passeport. Arrêté, il explique aux policiers qu’il est menacé au Rwanda parce qu’il a refusé de faire un faux témoignage devant un tribunal.

An.H.

René arrive le 2 mars 2008 à l’aéroport de Bruxelles avec un faux passeport. Arrêté, il explique aux policiers qu’il est menacé au Rwanda parce qu’il a refusé de faire un faux témoignage devant un tribunal. Il est transféré au centre 127 de Melsbroek, où les chambres sont à l’étage. René a une jambe atrophiée. Le 9 avril, sur insistance du service médical du 127, il est transféré vers Vottem, où tout est de plain-pied. Le Commissariat général aux réfugiés rejette sa demande d’asile. Le Conseil du contentieux des étrangers ordonne une instruction complémentaire. Le 13 mai, René est libéré par la chambre du conseil qui déclare sa détention illégale. Mais il n’y a pas de place en centre ouvert. René passe sa première nuit de liberté dans un refuge pour sans-abri.