Le cdH ne veut pas non plus toucher à la sécurité sociale

La vice-première ministre Joëlle Milquet et le Secrétaire d'Etat au Budget Melchior Wathelet ont rappelé mercredi après-midi que les choix budgétaires difficiles de la rentrée devront être décidés par l'ensemble du gouvernement fédéral et les cinq formations politiques qui constituent le gouvernement.

BELGA
Le cdH ne veut pas non plus toucher à la sécurité sociale
©BELGA

Tout comme le PS, ils estiment qu'il ne faudra pas s'en prendre à la sécurité sociale. Ces efforts devront être équilibrés. C'est-à-dire qu'ils devront porter tant sur les dépenses que sur les recettes et qu'ils ne pourront mettre en cause, en période de crise, les droits sociaux consacrés par la sécurité sociale, rappellent les deux figures de proue du cdH dans un communiqué.

Ils répondent ainsi aux propos tenus mercredi matin dans le quotidien "La Libre Belgique" par le nouveau ministre en charge du Budget Guy Vanhengel, qui, prévoit une période d'austérité absolue pour la Belgique si le pays veut revenir à l'équilibre en 2015. Il estime notamment que la norme de croissance de 4,5 pc des dépenses de soins de santé est "impossible à tenir".

Pour sa part, le PS avait déjà réagi à ces déclarations, affirmant qu'en pleine crise, le seul stabilisateur économique qui permet d'éviter la précarisation des ménages, c'est la sécurité sociale, un secteur auquel il ne faut donc pas s'attaquer.

Les socialistes ont aussi averti qu'ils ne toléreraient aucune remise en question de l'accord gouvernemental. Pour eux, toute norme de croissance fixée en-dessous de 4,5 pc en matière de soins de santé tirerait notre système de sécurité sociale vers le bas.