Grippe A/H1N1: point sur la situation en Belgique

Le nombre de cas de grippe A/H1N1 augmente en Belgique, mais il n'y a pas encore de forte propagation du virus, indique ce vendredi le Commissariat interministériel Influenza. Vers notre dossier spécial

Grippe A/H1N1: point sur la situation en Belgique
©AP
BELGA

Sur un total de 8.000 patients s'étant présentés avec un état grippal chez leur médecin, on dénombrerait, selon le Commissariat interministériel Influenza, 900 cas de grippe A/H1N1 pour la semaine passée. Il ne s'agit pas du chiffre exact de cas en Belgique mais de la tendance de propagation du virus.

Les échantillons envoyés aux hôpitaux confirment cette tendance et la mortalité est normale pour cette période de l'année. Cette estimation se base sur l'enregistrement réalisé par le réseau de médecins vigies.

Les médecins vigies, dont les patients constituent un échantillon représentatif de la population belge, collectent systématiquement les informations concernant toutes les personnes qui se présentent avec des symptômes grippaux lors des consultations.

L'extrapolation du nombre de cas de grippe A/H1N1 est élaborée en comparant le nombre de patients présentant des symptômes grippaux avec le nombre total de consultations sur une semaine, le nombre des échantillons de cas confirmés étant compris dans le calcul.

Des informations à destination des prisons

La direction générale des établissements pénitentiaires a transmis ce vendredi une note à toutes les prisons belges afin de les informer des mesures à prendre en cas d'épidémie de grippe A/H1N1. Ces mesures concernent tant le personnel que les détenus et s'axent sur les volets préventif et curatif.

Au niveau préventif, l'administration rappelle les règles d'hygiène et de comportement pour éviter la transmission du virus. Du matériel (gel lavant, poubelles, serviettes jetables, etc) a d'ailleurs été commandé et est en cours de livraison dans les établissements pénitentiaires. Au niveau curatif, il est prévu que les agents malades restent à leur domicile et bénéficient des soins nécessaires.

Les détenus malades ne devront pour leur part pas quitter la prison, à moins que leur état n'exige une hospitalisation. Selon les cas, il est possible que les détenus malades et ceux qui sont guéris et immunisés soient placés ensemble. Ils ne seront plus mis en contact avec des personnes "saines".

Selon la gravité de la situation, certains services pourront être supprimés, comme les visites, si le personnel est en sous-nombre. Mais l'administration précise que tout sera mis en oeuvre pour que ces mesures soient limitées le plus possible dans le temps.