"Des restructurations, pas de licenciements"

L’on aime l’humour aigre-doux, au syndicat libéral de la "grande muette" : c’est en lui offrant une gerbe en souvenir de la fermeture annoncée de la base militaire de Bierset qu’un groupe de militants de la SLFP a accueilli le ministre de la Défense qui venait participer sur place à l’adieu aux hélicoptères Alouette II.

C.Le (avec Belga)

L’on aime l’humour aigre-doux, au syndicat libéral de la "grande muette" : c’est en lui offrant une gerbe en souvenir de la fermeture annoncée de la base militaire de Bierset qu’un groupe de militants de la SLFP a accueilli le ministre de la Défense qui venait participer sur place à l’adieu aux hélicoptères Alouette II (voir en pages 12-13). Les syndicalistes étaient surtout venus interpeller directement Pieter De Crem sur les rumeurs de licenciements et de fermetures telles qu’annoncées par la "DH" et "De Morgen" sur base d’une note de synthèse de propositions diverses.

Le ministre CD&V a tenu à les assurer qu’aucun licenciement n’accompagnerait la restructuration de l’armée, dont on devrait connaître les grands axes au plus tard le 13 octobre à l’occasion d’une visite de travail d’Albert II au sommet de l’armée.

Pieter De Crem a ajouté que "des restructurations s’imposent; je serai aussi celui qui réalisera les réformes qui s’imposent", rappelant ainsi au passage qu’il devait aussi exécuter certaines décisions prises par ses prédécesseurs.

Une pierre dans le jardin d’André Flahaut (PS) qui avait dit à certains de nos confrères que le ministre allait prendre des décisions lourdes de conséquences sans consulter vraiment la base ! Le ministre, un brin désabusé a aussi confié aux syndicalistes qu’il se sentait souvent seul au gouvernement "car la Défense a peu d’amis"

En marge de ces restructurations à venir, il a aussi été beaucoup question mercredi d’un propos qui aurait été tenu à la mi-juillet dernier par le chef de la Défense, le lieutenant-général Delcour, à des représentants syndicaux. Selon "Le Soir", il a fait savoir que, vu les moyens budgétaires, il mettrait son véto à l’extension de nos missions militaires à l’étranger. Le ministre De Crem n’a cependant pas voulu donner de commentaire à ce sujet.