Fortisgate: deux nouvelles pistes

Paul Blondeel, le président de la 18e chambre de la cour d'appel de Bruxelles, qui a rendu l'arrêt Fortis du 12 décembre 2008, aurait, dans la foulée de l'arrêt, échangé une quarantaine de coups de téléphone avec Dirk Van der Maelen, vice-président du sp.a.La call-option sur les actions BNP à nouveau sur la table

Fortisgate: deux nouvelles pistes
© BELGA
BELGA

L'information figure également dans le quotidien flamand De Tijd. Le juge d'instruction gantois Henri Heimans, qui enquête sur les fuites dans l'arrêt Fortis, entend passer ces coups de fil à la loupe. Il a pour ce faire demandé un élargissement de son enquête, qu'il a reçu via le ministre de la Justice et la Cour de Cassation. MM. Van der Maelen et Blondeel se sont appelés (avec une carte prépayée) après l'arrêt Fortis du 12 décembre. Ils ont été entendus à ce sujet durant ce mois de septembre.

La téléphonie de Mireille Salmon, l'autre juge dans l'affaire Fortis, est également passée au peigne fin. Elle serait entrée en contact - pendant les délibérés - avec Lionel Perl, un candidat administrateur poussé par Deminor.