Daerden retrouve le top 5. Au secours !

Pour la première fois depuis 3 ans de baromètres, le tiercé wallon est identique, dans le même ordre, d’un trimestre à l’autre. De septembre à décembre 2006, on avait pu afficher Di Rupo/Reynders/Milquet.Résultats en PDF: tous les graphiques!Edito : Vert, je désespère Ecolo progresse (air connu) La N-VA en troisième place

P.P.
Daerden retrouve le top 5. Au secours !
©BELGA

Pour la première fois depuis 3 ans de baromètres, le tiercé wallon est identique, dans le même ordre, d’un trimestre à l’autre. De septembre à décembre 2006, on avait pu afficher Di Rupo/Reynders/Milquet. Cette fois, Elio Di Rupo garde la première place qu’il avait reprise en septembre à Guy Verhofstadt; lequel reste haut perché malgré son envol du bosquet belge; devant Jean-Michel Javaux qui avait atteint en juin la troisième marche.

Tous trois sont en ressac. Ils ne sont pas les seuls. Sur les vingt premiers, 9 sont dans le cas et 6 affichent le statu quo (dont Paul Magnette à l’ascension ainsi suspendue et Didier Reynders qui ne regagne rien de sa perte sèche de - 5 en septembre). On n’a donc droit qu’à 5 progrès en trois mois. Ils valent d’être épinglés (hormis sans doute l’anecdotique + 1 de Laurette Onkelinx).

La plus belle progression, sans surprise, bénéficie à Herman Van Rompuy : 6 points et 5 places. Sa promotion européenne lui vaut donc une - relative - consécration en Wallonie, sans équivalent cette fois à Bruxelles et en Flandre puisque sa position y était déjà élevée. L’ex-Premier intègre ainsi de justesse le top 10 wallon, de la même manière que le retour de son successeur au "Seize" vaut à Yves Leterme (+ 2) de retrouver de justesse le top 20.

Il y a progrès aussi, de 3 points, pour Benoît Lutgen. Sa désignation alambiquée de président de parti à retardement n’a donc pas porté tort au Bastognard, tandis que la prolongation forcée [?] de Joëlle Milquet aux Deux-Eglises ne paraît pas la servir en Wallonie (- 1), tout à l’opposé de sa position à Bruxelles où elle se taille un impressionnant + 7 (lira-t-on ci-après).

Enfin, 1 petit point suffit à Michel Daerden pour retrouver le top 5 wallon, qu’il avait déjà frôlé en septembre. C’est dire si ses (im)postures en César ou Hercule, au beau milieu de la récolte des résultats, ne se sont pas retournées contre l’illustre Liégeois. Qui n’avait jamais trouvé place aussi flatteuse qu’en mars 2007, alors en quatrième position, encore dans les effluves de sa performance éthylique du soir des élections communales. Rideau ! Vivement 2010 ?