Accident de trains à Hal: 18 morts confirmés

"Pourquoi?" "La Libre Belgique" se penche ce mardi sur la catastrophe ferroviaire de Hal. Bilan, témoignages, réactions, analyse des causes possibles de l'accident, suivi psychologique des rescapés,... 14 pages spéciales pour tenter de comprendre l'inimaginable dans votre journal ce mardi. Le bilan de la catastrophe ferroviaire survenue lundi matin à Buizingen fait actuellement état de 18 morts. Quinze hommes et trois femmes auraient péri dans l'accident. Chat ce mardi à 12h pour essayer de comprendre cet événement avec des spécialistes Tous les trains équipés du système de freinage en 2013 La ligne interrompue pour plusieurs jours Les catastrophes ferroviaires les plus meurtrières en BelgiqueWallonie: problèmes de circulation à prévoirLes premières images de l'accidentCroix-Rouge: appel au don de sangRevivez le minute par minute Les lignes ferroviaires sont équipées du système de freinage automatique Vidéo du plan de sauvetageNotre envoyée spéciale sur place, Nawal Bensalem

Accident de trains à Hal: 18 morts confirmés
©BELGA
BELGA/AFP/Rédaction en ligne

Le bilan de la catastrophe ferroviaire survenue lundi matin à Buizingen (Hal) fait actuellement état de 18 morts, a-t-on appris lundi en milieu d'après-midi au centre de crise provincial. Quinze hommes et trois femmes auraient péri dans l'accident. Il ne s'agit pas encore d'un bilan définitif, précise-t-on. Les opérations de dégagement des corps pourraient se poursuivre jusqu'à lundi soir. Le bourgmestre de Hal, Dirk Pieters, n'a pas pu confirmer le nombre exact de morts.

Les corps des victimes ont été emportés vers une morgue à Neder-Over-Heembeek. Les familles des victimes sont encadrées sur place par un service d'aide psychologique. Le gouverneur de la province du Brabant-flamand a fait état d'un bilan de 55 blessés. Ceux-ci ont été conduits vers 14 hôpitaux, a-t-il annoncé. Le service d'intervention psychosociale urgente de la Croix-Rouge s'occupe de l'identification de ces victimes. Le gouverneur a précisé que toutes les victimes n'étaient pas passées par un centre médical et que leur nombre pourrait être plus élevé. M. De Witte a indiqué que les services d'urgence ont mis à profit lundi l'expérience acquise lors d'un exercice d'entraînement effectué en 2005. "Voici la preuve que ces exercices sont sensés et utiles", a-t-il conclu.

Les secours commencent lundi après-midi à dégager les corps des victimes de l'accident de train de Buizingen (Hal), a-t-on appris auprès des pompiers. Lundi matin, les secours se sont surtout occupés des blessés. Le parquet et les autorités responsables sont également venus sur place pour l'enquête sur les origines de l'accident. "L'équipe d'identification des victimes (le DVI), la police judiciaire fédérale, le laboratoire et la police des chemins de fer ont ensuite travaillé à dégager les corps", indique une source au sein des pompiers. "Pour le moment, les corps sont encore coincés", affirme encore cette source. "On collecte aussi des vêtements trouvés sur les lieux de l'accident et qui pourraient être utiles pour l'identification. Quand ce sera fini, les pompiers devront encore dégager les corps coincés dans les épaves". Un wagon sur le flanc devra ainsi être enlevé avant de pouvoir en atteindre un autre. Plusieurs corps de pompiers participent aux secours. Outre les pompiers de Hal, on pouvait voir ceux de Lennik, Bruxelles et Zaventem à l'oeuvre. Plusieurs services médicaux du Brabant flamand, de Flandre orientale, du Hainaut et de Bruxelles ont aidé les blessés. La Protection civile est également venue sur les lieux. On ne sait pas encore quand les travaux de dégagement seront terminés.

Une violente collision survenue lundi matin entre deux trains, à Buizingen (Hal), a fait plusieurs morts, les bilans toujours provisoires faisant état, vers midi, de 12 à 25 morts et de plusieurs blessés selon différentes sources. Vers 8h30, un train venant de Louvain et circulant vers Braine-Le-Comte est entré en collision avec un train venant de Quiévrain et roulant en direction de Liège, sur la ligne 96, à hauteur de Buizingen. La collision a été très violente, allant jusqu'à soulever le train reliant Louvain à Braine-Le-Comte. Des wagons ont également été versés sur le flanc.

Selon la SNCB, on comptait entre 250 à 300 personnes à bord. La moitié d'entre elles auraient été blessées à des degrés divers. Selon la ministre Inge Vervotte, le Disaster Victim Identification Team (DVI) de la Police fédérale se trouve actuellement sur place. Il est difficile de connaître le nombre exact de victimes en raison de l'ampleur de la catastrophe. La cause exacte de l'accident n'est pas encore connue. Tant la ministre Inge Vervotte que l'administrateur délégué de la SNCB Marc Descheemaecker, disent attendre les résultats de l'enquête.

Le parquet de Bruxelles a évoqué un bilan compris entre 8 et 20 morts. Le gouverneur du Brabant flamand a pour sa part confirmé le chiffre de 10 morts. Mais il y aurait encore des passagers coincés dans un des wagons, a-t-il ajouté au cours d'une conférence de presse au centre de crise provincial installé à Louvain. Il a cité le chiffre de 11 blessés graves, dont un enfant.

«C'était un cauchemar», a témoigné Christian Wampach , 47 ans, qui se trouvait dans le troisième wagon du train bondé. Il a été soigné pour une blessure à la tête dans le complexe sportif, où étaient prise en charge les blessés les plus légers. «Nous avons été secoués pendant 15 secondes, il y avait des blessés dans mon wagon mais je pense que la plupart des victimes étaient dans le wagon de tête».

Le roi Albert II et le Premier ministre Yves Leterme sont attendus lundi "entre 16h00 et 17h00" à Buizingen sur les lieux de l'accident ferroviaire survenu dans la matinée, a-t-on appris de sources sûres. Le chef du gouvernement a interrompu une visite dans les Balkans qu'il avait entamée lundi et était attendu vers 15h00 à l'aéroport militaire de Melsbroek. Il y recevra un exposé sur le point de la situation à Buizingen, en compagnie notamment de la ministre de l'Intérieur, Annemie Turtelboom. Il devrait ensuite se rendre à Buizingen en compagnie du souverain, qui doit aussi rentrer de l'étranger, selon son entourage. Leur heure d'arrivée devrait se situer aux alentours de 16h45, selon le Palais royal.

Un numéro d'urgence a été mis en place pour les familles des victimes au 016/39.80.73. La circulation des trains internationaux entre Bruxelles et la France a été suspendue, seuls certains trains étant déviés, au cas par cas, par Charleroi, a indiqué Infrabel. Les trains en provenance de Londres s'arrêtent quant à eux à hauteur de Lille-Flandres. Le trafic des trains internationaux devrait être fortement perturbé toute la journée de lundi. "Tous les services de secours sont sur place. Les blessés graves sont soignés sur les lieux avant d'être transférés dans un hôpital", a indiqué M. Pieters.

Les deux trains transportaient des personnes se rendant à leur travail à Bruxelles ou en venant, à l'heure de pointe sur la ligne Mons-Bruxelles. Suite à cet accident, le trafic des trains à grande vitesse internationaux Thalys et Eurostar est interrompu au départ de Bruxelles, ont indiqué les deux compagnies ferroviaires.

Une réunion d'urgence lundi soir au cabinet Vervotte

Une réunion d'urgence portant sur la catastrophe ferroviaire survenue lundi matin à Buizingen devait débuter à 20h00 au cabinet de la ministre des Entreprises publiques, Inge Vervotte. Des représentants de la SNCB et des syndicats sont notamment conviés à cette réunion. La ministre entend consulter les deux parties sur la problématique de la sécurité sur le réseau ferroviaire.

"S'il ressort que la formation peut constituer une solution ou s'il ressort que des investissements supplémentaires peuvent constituer une partie de solution, j'en ferai état au conseil des ministres et je solliciterai dans ce cas un budget pour de tels investissements", a indiqué la ministre à une télévision flamande.

Les Eurostar entre Bruxelles et Londres supprimés

"Tous nos trains entre Bruxelles et Londres sont supprimés pour la journée de lundi, à cause de l'accident de train qui s'est produit lundi matin à Hal", a indiqué le porte-parole d'Eurostar, Bram Smets. "Les passagers peuvent reporter leur voyage ou se faire rembourser leur ticket", a expliqué Bram Smets, qui a également indiqué qu'il ne savait pas encore si les Eurostar entre Bruxelles et Londres pourraient à nouveau circuler mardi.

Trafic France-Belgique suspendu (SNCF)

Le trafic ferroviaire entre la France et la Belgique a été interrompu pour toute la journée par la SNCB (chemins de fer belges) après la collision frontale entre deux trains de voyageurs qui a fait plusieurs morts lundi matin dans la banlieue de Bruxelles, a annoncé la SNCF à Paris.

Circulation des Thalys interrompue entre Bruxelles et Paris

La circulation des trains Thalys entre Bruxelles et Paris a été complètement interrompue lundi à la suite de la catastrophe ferroviaire de Buizingen (Hal). La compagnie ferroviaire n'a pas encore précisé quand la circulation reprendrait. Les voyageurs qui souhaitent se rendre à Amsterdam depuis Bruxelles peuvent prendre des trains intérieurs (Benelux). Ceux qui doivent se rendre à Cologne peuvent, eux, prendre un train ICE. Les personnes qui détenaient un billet pour la journée de lundi seront remboursées ou pourront reporter leur voyage. Plus d'informations sur www.thalys.com.

La ville de Braine-le-Comte met en place une cellule d'urgence

La ville de Braine-le-Comte, d'où partent de nombreux navetteurs pour Bruxelles, a mis en place une cellule d'assistance et d'information aux proches des victimes, après l'accident de train survenu à Hal lundi matin. Les Brainois qui souhaiteraient des nouvelles de leurs proches ou un soutien psychologique peuvent prendre contact avec le fonctionnaire chargé de la sécurité, Elie Druart, au 0498/93.29.49.

Les deux trains impliqués sont des trains fortement empruntés par les habitants de Braine-le-Comte. Cependant, rien ne permet actuellement de penser que certaines victimes soient brainoises. "Jusqu'à présent, nous n'avons que des nouvelles positives, de Brainois qui téléphonent pour dire qu'ils vont bien", indique Maxime Daye, échevin de la Communication de Braine-le-Comte.

La ville fera le point par le biais de son site internet www.braine-le-comte.be. Les Brainois qui étaient dans le train et qui ont des nouvelles à communiquer peuvent également prendre contact avec la Ville afin d'aider à rassurer les proches, précise l'échevin.

Cellule spéciale d'assistance aux familles à Mons

Les bourgmestres de Mons et de Frameries, Elio Di Rupo et Jean-Marc Dupont, présidents des zones de police de Mons-Quévy et du Borinage, mettent actuellement sur pied avec les chefs des zones concernées une cellule spéciale d'assistance aux familles au cas où il y aurait des victimes de Mons et du Borinage. La cellule sera composée de psychologues et de spécialistes à l'assistance aux victimes qui, à la demande des familles directement concernées, pourrait les accompagner dans cette effroyable épreuve.

Elio Di Rupo et Jean-Marc Dupont conseillent pour l'instant aux familles de s'adresser directement aux quatre numéros d'urgence à savoir: numéro d'urgence créé pour l'accident ferroviaire: 016-39 80 73; numéro d'information sur le trafic: 02-528 28 28; centre de crise: 02.363.22.11; info victimes : 02.365.94.25.

La France exprime sa solidarité

La France exprime toute sa solidarité aux autorités et au peuple belges après la collision meurtrière de trains dans la banlieue sud-ouest de Bruxelles, a déclaré lundi le chef de la diplomatie française, Bernard Kouchner. "C'est avec une très grande émotion que je viens d'apprendre l'accident ferroviaire survenu ce matin à proximité de la gare de Hal et qui, d'après les premiers bilans, aurait fait de nombreuses victimes", indique-t-il dans un communiqué.

La France exprime "sa sympathie et toute sa solidarité aux autorités et au peuple belges, durement touchés par cette tragédie", ajoute-t-il.

Barroso présente ses condoléances

Le président de la Commission européenne, José Manuel Barroso, a adressé ses condoléances à la Belgique pour l'accident de train survenu à Hal. "C'est avec une profonde tristesse que j'ai appris la nouvelle du tragique accident de train survenu ce matin à Hal", a affirmé M. Barroso, dans une lettre adressée au Premier ministre, Yves Leterme. "Au nom de la Commission européenne et en mon nom personnel, permettez-moi de vous présenter, ainsi qu'aux familles des victimes, nos plus sincères condoléances et l'expression de notre profonde sympathie", a-t-il ajouté.

Le président du parlement européen, Jerzy Buzek, apporte son soutien aux familles des victimes de la catastrophe ferroviaire de Buizingen. "C'est un accident tragique", a-t-il commenté, souhaitant un rétablissement rapide aux blessés. "Mes pensées sont avec vous", a-t-il déclaré.

Fermeture du centre de secours de Buizingen

Le centre de secours établi lundi dans un centre sportif de Buizingen à la suite de l'accident de train survenu dans la matinée fermait progressivement ses portes vers 12h30 après le départ des derniers blessés. Quelques blessés légers ont quitté le centre de gymnastique "Turncentrum Start 65" où la Croix-Rouge et les autres services de secours avaient installé un poste d'urgence, à quelques centaines de mètres du lieu de la collision.

La plupart d'entre eux se sont refusés à raconter l'accident qui a fait, selon des estimations circulant sur place entre huit et vingt morts, alors que les travaux de déblaiement des épaves des deux trains n'étaient pas terminés.

L'hôpital Erasme a accueilli deux blessés graves

L'hôpital Erasme, à Anderlecht, a accueilli 11 blessés, dont deux graves à la suite de l'accident de trains survenu à Hal, lundi matin. La vie des deux blessés graves n'est plus en danger, a indiqué lundi après-midi, le docteur Christian Melot lors d'un point presse à l'hôpital Erasme. Dès 9h15, l'hôpital Erasme a pris contact avec le service 100 de Louvain. Deux équipes d'un médecin et d'un infirmier ont été envoyées sur les lieux de l'accident.

L'hôpital a, dans un premier temps, accueilli 10 victimes de l'accident, dont deux grièvement blessées. Quatre sont déjà rentrées chez elles et quatre font encore l'objet d'examens complémentaires. Les deux dernières, plus gravement touchées, ne sont plus en danger. A 14h20, le plan catastrophe a été levé. A 15h30, une onzième victime légèrement blessée, s'est présentée à l'hôpital. Une cellule d'aide psychologique a été mise en place pour accueillir les victimes et leurs familles.


Les personnes qui pensent qu'ils pourraient avoir un proche ou un membre de la famille parmi les victimes de l'accident de trains à Hal peuvent prendre contact avec un service créé à leur intention, annonce la province du Brabant flamand. Le numéro d'urgence est le 016/39.80.73 Si besoin de joindre le Centre de crise : 02.363.22.11 Info victimes : 02.365.94.25. Infos sur le trafic ferroviaire: railtime.be ou 02-528 28 28

Sur le même sujet