La France paie un lourd tribut aux éléments déchaînés

Portée par des vents violents et de fortes marées, la tempête Xynthia qui a balayé l’Europe tout au long du week-end a fait, au moins 53 morts, dont 45 en France, où plusieurs villages ont été inondés et où plus d’un million de foyers ont été privés d’électricité.

J.-C.M. (avec AFP)
La France paie un lourd tribut aux éléments déchaînés
©D.R.

Portée par des vents violents et de fortes marées, la tempête Xynthia qui a balayé l’Europe tout au long du week-end a fait, au moins 53 morts, dont 45 en France, où plusieurs villages ont été inondés et où plus d’un million de foyers ont été privés d’électricité.

La France a payé le plus lourd tribut à la tempête, annoncée comme l’une des plus violentes depuis celle qui avait frappé le pays en 1999. Elle a fait au moins 45 morts, cinq disparus et privé d’électricité un million de foyers. Le littoral atlantique est la zone la plus lourdement touchée.

La plupart des victimes se sont noyées, suprises par la montée brusque des eaux dans les terres. "Le bilan est susceptible de s’alourdir avec nos reconnaissances plus en avant à l’intérieur des terres dans les maisons, dans les parkings", a prévenu le porte-parole de la Sécurité civile.

Vents violents, forte marée, pluies diluviennes et crues de rivières ont provoqué, par ailleurs, des inondations, des chutes d’arbres, des effondrements de toitures, des ruptures de digues mais aussi des annulations de vols, des retards de train et la coupure de routes.

Le président de la République, Nicolas Sarkozy a demandé "au gouvernement d’agir sans attendre". Une réunion de crise a d’ailleurs été organisée en fin d’après-midi, dimanche.

La Vendée, la Charente -Maritime et la Loire Atlantique ont payé un lourd tri but à la tempête mais des chutes d’arbres ont également semé la mort en Haute-Garonne et dans l’Yonne, où un homme de 78 ans a été tué par la projection d’une poutrelle dans son jardin. A Oloron-Sainte-Marie (Pyrénées Atlantiques, Sud-Ouest), deux personnes ont succombé après avoir respiré les gaz d’échappement du générateur qu’elles avaient mis en route après une coupure d’électricité.

Samedi, alors qu’elle arrivait en France avec des rafales allant jusqu’à 150 km/h, la tempête avait causé un premier mort à Luchon, un jeune homme tué par la chute d’une branche d’arbre.

Dimanche, la tempête s’est déplacée vers le nord du pays où l’on constatait de sérieux dégâts. Ceux-ci ont toutefois particulièrement affecté l’ouest et le centre de l’Hexagone, avec des inondations parfois très graves qui ont entraîné des évacuations d’urgence de sinistrés. Exemple: à Aytré, des habitants sont montés sur le toit de leur domicile et à Yves, un retraité a raconté avoir sauvé sa mère invalide in extremis. A Paris, tous les parcs et cimetières sont restés fermés par précaution. La chute d’une trentaine d’arbres a été signalée dans le parc du château de Versailles. Dimanche matin, Air France a annulé 70 vols sur environ 700, dimanche, au départ et à l’arrivée de l’aéroport de Roissy. La SNCF a par ailleurs supprimé une dizaine de trains reliant Paris au Sud-Ouest et à l’Espagne.

La tempête, qui s’était formée dans l’Atlantique, avait touché samedi le littoral portugais avec moins de violence que prévu, tuant toutefois un enfant, avant de gagner l’Espagne, où trois personnes ont été tuées.

En Galice, une femme de 82 ans est morte sous les décombres d’un mur qui s’est effondré sur elle tandis que deux hommes, de 51 et 41 ans, sont morts dans la province de Burgos après que leur voiture eut percuté un arbre tombé sur la chaussée.

Dimanche après-midi, après avoir traversé la France, la tempête a frappé la Belgique (ci-contre) mais aussi les Pays-Bas, le Danemark et l’Allemagne, où au moins trois personnes ont perdu la vie. Un automobiliste a été tué et son épouse blessée lorsqu’un arbre s’est abattu sur leur voiture en Forêt Noire.

Plusieurs policiers ont, par ailleurs, été blessés lorsqu’un arbre est tombé sur leur fourgon, à l’extérieur du stade de Karlsruhe. La tempête a provoqué des perturbations de vols à l’aéroport de Francfort, ainsi que sur le réseau ferroviaire en Rhénanie-du-Nord-Westphalie et en Sarre.

Sur le même sujet