Barroso: "J’espère que la Belgique va trouver rapidement une solution"

Quelle est votre opinion sur le conflit qui oppose francophones et Flamands en Belgique ? Et comment la Commission européenne se positionnerait-elle en cas de scission du pays ? Barroso, rédacteur en chef d'un jour à La Libre Belgique, répond à ces questions.

placeholder
© Christophe Bortels

Quelle est votre opinion sur le conflit qui oppose francophones et Flamands en Belgique ? Et comment la Commission européenne se positionnerait-elle en cas de scission du pays ?

Je ne vois pas cela en termes de partition. C’est une infime minorité qui veut la séparation du pays. En revanche, le sujet de la répartition des compétences entre Régions, Communautés et Etat fédéral est très importante, c’est une question à laquelle il y a plusieurs réponses possibles. Prenez la Suisse : c’est un pays qui a un modèle de décentralisation beaucoup plus poussé que la Belgique. Bien sûr, j’espère que la Belgique pourra résoudre ses problèmes et trouver un consensus entre les principales forces politiques. Je peux vous dire que du côté de la Commission, ce problème n’est pas ressenti. Je le dis sincèrement, nous avons une coopération parfaite avec votre gouvernement en affaires courantes, et ça ne fait que confirmer l’excellence de l’administration belge. Et la stabilité systémique de la Belgique. La présidence belge est remarquable. Mais je dois dire aussi que quand il y a des éléments de crise au niveau de l’Europe et au niveau du monde, c’est de bon sens que d’essayer d’avoir un gouvernement de plein exercice. Un gouvernement stable et avec plein pouvoir peut prendre les décisions stratégiques qu’un gouvernement en affaires courantes ne peut pas prendre. J’espère que la Belgique va pouvoir trouver une solution dans un délai raisonnable.

Vous êtes donc préoccupé, mais pas inquiet pour la Belgique ?

Pour le moment, la Belgique fait bien face à la situation. Mais nous sommes aujourd’hui confrontés à des défis extraordinaires qui exigent un gouvernement avec plein pouvoir pour prendre des décisions stratégiques dans toute l’Europe. C’est nécessaire. Je le dis avec toute l’amitié et le respect pour la Belgique puisque ce sont des affaires intérieures. Je le dis en tant qu’Européen habitant depuis 6 ans déjà dans votre pays : c’est important que la Belgique arrive à trouver rapidement une solution à ces questions.

Si un Etat membre – n’importe lequel – se démembrait, quel serait l’impact sur l’Union européenne ?

Je pense que ce n’est pas dans un avenir prévisible. En Belgique, ce n’est qu’une infime minorité qui défend cette solution : je ne vais pas moi-même ajouter de la complication. Concentrons-nous sur ce qui doit être fait, et je laisse aux commentateurs le soin d’émettre les commentaires. Mais les gens qui occupent des responsabilités ne doivent pas jeter de l’huile sur le feu de scénarios auxquels je ne crois pas. La Belgique va trouver une solution de compromis à la belge, à l’européenne.


Découvrez José Manuel Barrroso, rédacteur en chef d'un jour dans "La Libre" de ce vendredi