Marcourt: pôles de compétitivité et intégration de l'enseignement supérieur

Le développement des pôles de compétitivité prévus par le plan Marshall Vert.2 et l'achèvement du décret qui doit modifier la transformation du paysage de l'enseignement supérieur constitueront les prochaines tâches auxquelles s'attèlera Jean-Claude Marcourt, ministre de l'Economie à la Région wallonne et de l'Enseignement supérieur à la Communauté française.

BELGA
Marcourt: pôles de compétitivité et intégration de l'enseignement supérieur
©Photonews

Le développement des pôles de compétitivité prévus par le plan Marshall Vert.2 et l'achèvement du décret qui doit modifier la transformation du paysage de l'enseignement supérieur constitueront les prochaines tâches auxquelles s'attèlera Jean-Claude Marcourt, ministre de l'Economie à la Région wallonne et de l'Enseignement supérieur à la Communauté française. Présentant ses voeux jeudi aux journalistes, le ministre a assuré que 2011 sera l'année où il faudra "construire énormément de choses". Il a évoqué plus particulièrement le 6e pôle de compétitivité, dont les 14 projets déposés sont en cours d'examen par un jury indépendant. Ils sont centrés sur la chimie verte et le développement durable.

Les pôles participent largement au changement d'image de la compétitivité wallonne, s'est félicité M. Marcourt. Il veut aussi s'atteler à terminer le décret sur l'enseignement supérieur, en mettant l'accent sur la recherche et la dimension territoriale de l'enseignement.

La volonté d'intégration juridique ne répond pas toujours aux nécessités exprimées par les acteurs du secteur, a-t-il fait remarquer, faisant visiblement allusion à la fusion finalement avortée de 4 institutions universitaires autour de l'UCL-Louvain-la-Neuve.

Pour présenter ses voeux, le ministre avait choisi le cadre de la brasserie du Bocq à Purnode, dans le Condroz. Cette brasserie de dimension moyenne, toujours familiale, produit un volume annuel de 85.000 hectolitres de bière (Gauloise, Blanche de Namur, Saison et bières à façon) dont la moitié est exportée, notamment vers la Russie, la France et l'Italie.