Heaton-Harris : "Nous partageons la même philosophie avec la N-VA"

Tea time. Les quatre membres de l’état-major de la N-VA présents à Londres ce jeudi ont eu droit à une visite particulière de la "House of Commons" et de la "House of the Lords", la Chambre et le Sénat britanniques, en compagnie d’un parlementaire conservateur.

Heaton-Harris : "Nous partageons la même philosophie avec la N-VA"
©D.R.
M.Bu., à Westminster

Tea time. Les quatre membres de l’état-major de la N-VA présents à Londres ce jeudi ont eu droit à une visite particulière de la "House of Commons" et de la "House of the Lords", la Chambre et le Sénat britanniques, en compagnie d’un parlementaire conservateur. C’est un proche du Premier ministre David Cameron, Chris Heaton-Harris, qui a servi de guide aux nationalistes flamands. Et qui a été chargé d’expliquer pourquoi son parti - les "Tories" - mettait les petits plats dans les grands afin d’accueillir la N-VA.

"C’est très simple", explique-t-il alors que le petit groupe est planté dans le majestueux hall central qui sépare les "Commons" des "Lords", "nous partageons énormément de points de vue avec ce parti. En fait, nous avons la même philosophie afin de faire avancer les choses. Sur des dossiers-clés comme la rigueur budgétaire, la politique d’immigration en Europe, nous sommes réellements attachés à défendre certaines positions. Et nous pensons sincèrement que la N-VA a beaucoup en commun avec nous, notamment au niveau socio-économique ou sur le plan du renforcement des autorités locales, par exemple. Il y a beaucoup de synergies à créer". "Vous savez" , reprend le parlementaire en abandonnant quelques minutes le flegme qui semble lui coller à la peau, "nous sommes un renouveau dans la politique anglaise, nous apportons du changement et une nouvelle manière de faire de la politique. Si nous commettons des erreurs ou faisons des mauvais choix, nous n’avons pas peur de nous excuser, nous voulons travailler avec des partenaires qui partagent les mêmes valeurs".

Jan Jambon, Liesbeth Homans et Bart De Wever ont eu le privilège de pouvoir prendre le thé dans le salon particulier des Lords britanniques en guise d’entracte durant leur visite. Intarissable - et so British -, Mister Heaton-Harris leur a expliqué de quelle manière le thé devait s’accompagner des "scones", pain aux raisins anglais, comment les préparer, avec ou sans crème, avec ou sans confiture. Et votre thé ? Avec ou sans lait ? "Ne riez pas, M. De Wever ! Ça dit beaucoup de votre personnalité la manière dont on déguste ses scones." Indeed

Trêve de considérations "gastronomiques", "nous cherchons avant tout des alliés en Europe", assène Heaton-Harris, "c’est fondamental pour nous. La fraction des conservateurs au Parlement européen est fort influencée par les Allemands, nous devons sérieusement travailler à des alternatives et construire des ponts avec des formations politiques qui sont la même longueur d’onde que nous".

Le conservateur britannique dit connaître "relativement bien la Belgique", un pays où il a habité durant dix années puisqu’avant de gagner la "House of Commons", il a siégé comme député européen. "La situation politique chez vous, nous en entendons parler évidemment, mais c’est très compliqué. Il me semble que ce n’est évidemment pas comparable à la situation de la Grande-Bretagne ou des Etats-Unis : là, on ne pourrait pas fonctionner sans un gouvernement qui a les pleins pouvoirs et qui donne les orientations stratégiques. Vous avez des gouvernements régionaux qui continuent de faire fonctionner le pays".

"Cela dit ", s’interroge le parlementaire de Sa Majesté, "je ne comprends pas très bien qui serre la main de Herman Van Rompuy pour la Belgique lorsqu’il y a des sommets européens et des rencontres de ce genre ?"

- "Euh, je ne sais pas" , répond Bart De Wever. "Ah oui, Yves Leterme. C’est Yves Leterme qui fait cela. C’est difficile à comprendre, c’est vrai."