Van Rompuy: "l'Europe ne veut pas démanteler la protection sociale"

L'Europe ne cherche pas à démanteler les systèmes de protection sociale, a affirmé le président du Conseil européen, Herman Van Rompuy, après une rencontre avec les partenaires sociaux européens. "Notre objectif ultime est la création d'emploi", a-t-il dit.

BELGA
Van Rompuy: "l'Europe ne veut pas démanteler la protection sociale"
©Photonews

L'Europe ne cherche pas à démanteler les systèmes de protection sociale, a affirmé le président du Conseil européen, Herman Van Rompuy, après une rencontre avec les partenaires sociaux européens. "Notre objectif ultime est la création d'emploi", a-t-il dit. M. Van Rompuy a rencontré jeudi, avant un sommet consacré à la situation socio-économique, les représentants des syndicats et du patronat européen, en compagnie du président de la Commission, José Manuel Barroso, et du premier ministre hongrois Viktor Orban, dont le pays assure la présidence de l'Union.

Lors de la conférence de presse, MM. Van Rompuy et Barroso ont défendu leur stratégie de compétitivité face aux manifestations syndicales organisées jeudi à Bruxelles et dans plusieurs autres villes du continent. "Nous avons dû prendre, au niveau européen et au niveau national, des mesures impopulaires. Nous ne l'avons pas fait pour notre plaisir, mais parce que nous pensons que le sauvetage de la stabilité financière de la zone euro est important pour les gens et pour l'emploi", a dit M. Van Rompuy.

L'objectif "ultime" des réformes est de promouvoir l'emploi, a-t-il dit. José Manuel Barroso a assuré pour sa part respecter l'autonomie des négociations collectives. "Les traditions de concertation sociale seront toujours respectées (...). Bruxelles ne détermine pas les salaires. C'est la dernière chose que Bruxelles veut faire", s'est-il exclamé, précisant toutefois que les coûts salariaux devaient être pris en considération dans l'analyse de la position concurrentielle de l'Europe.

Le premier ministre hongrois, M. Orban (droite), a exprimé une tonalité légèrement différente, en évoquant "les couches de la population qui ne peuvent pas bénéficier des emplois liés à la croissance", parce qu'ils sont trop vieux ou trop peu formés. Il a insisté sur "le rôle de l'Etat" pour leur donner du travail.