Vanackere: le débat sur la dotation est relancé

Le vice-Premier ministre et ministre des Affaires étrangères démissionnaire Steven Vanackere (CD&V) estime que le voyage controversé effectué par le prince Laurent a relancé le débat sur la dotation.

BELGA
Vanackere: le débat sur la dotation est relancé
©BELGA

Le vice-Premier ministre et ministre des Affaires étrangères démissionnaire Steven Vanackere (CD&V) estime que le voyage controversé effectué par le prince Laurent a relancé le débat sur la dotation.

Si le prince veut être "libéré" de l'aspect officiel de sa vie, "alors nous devons examiner la chose", a indiqué le chef de la diplomatie belge, mercredi, sur les ondes de la radio publique flamande. Selon lui, le débat sur la dotation est remis sur la table.

Malgré un avis négatif du gouvernement, le prince Laurent s'est rendu récemment en République démocratique du Congo. Le Premier ministre Yves Leterme lui avait même envoyé une lettre pour qu'il renonce à ce déplacement.


La N-VA et la LDD veulent revoir les dotations Deux partis flamands, la N-VA et la LDD, ont réitéré mercredi leur exigence d'une réduction, voire d'une suppression, des dotations dont bénéficient les membres de la famille royale à la suite de la révélation d'une visite, contre l'avis du gouvernement et du roi Albert II, du prince Laurent en République démocratique du Congo (RDC). Le contribuable doit continuer à payer "les frasques de Laurent", a indiqué le parti nationaliste N-VA dans un communiqué. Pour la LDD, ce voyage est "la énième preuve que le plus jeune rejeton des Saxe-Cobourg fait du tort à l'Etat et le présente sous un mauvais éclairage". Selon la N-VA, la dotation votée par le parlement pour le roi Albert s'est élevée l'an dernier à 10,637 (BIEN: 10,637) millions d'euros. Celle du prince Philippe, héritier de la couronne, était de 936.000 euros, alors que celle de sa soeur Astrid et de son frère Laurent se montait à 300.000 euros. La reine Fabiola disposait pour sa part de 1,4 million d'euros. Selon le député Theo Francken (N-VA), son parti a réintroduit une proposition de loi prévoyant une révision fondamentale des dotations et les réduisant aux membres de la famille royale ayant une "tâche de représentation" - soit le roi, la veuve ou le veuf du souverain et l'héritier à partir de l'âge de 18 ans. Leur dotation devrait être équivalente à celle respectivement du Premier ministre et des autres membres du gouvernement.