Edito: Insupportable?

Le couple Dutroux-Martin a commis des actes qui dépassent l’entendement humain.

Jean-Claude Matgen
Edito: Insupportable?
©BELGA

Le couple Dutroux-Martin a commis des actes qui dépassent l’entendement humain. On ne parvient pas à imaginer qu’une institutrice, qu’une maman ait pu laisser mourir sans soins des fillettes innocentes, soumises aux caprices pervers de son mari, jetées dans un cul de basse fosse, livrées aux ténèbres d’une cave sordide et succombant, in fine, aux souffrances et à l’angoisse qui les accompagnèrent à chaque seconde de leur agonie sans nom.

Pour ces faits barbares, Michelle Martin a écopé de 30 ans de prison. La voici, après près de 15 années passées derrière les barreaux, aux portes d’une libération conditionnelle accordée, après trois vaines demandes, par le tribunal de l’application des peines, juridiction créée...pour mettre fin à l’arbitraire laissé aux ministres de la Justice qui, entre autres décisions bancales, libérèrent en son temps un certain Marc Dutroux.

Les familles des petites victimes sont bouleversées par cette annonce. Comment ne pas comprendre leur désarroi? L’opinion publique, elle, est majoritairement furieuse. Comment ne pas entendre l’incompréhension qu’elle manifeste, parfois bruyamment?

Mais comment ne pas écouter, pareillement, la voix des juristes expliquant que la loi étant ce qu’elle est, le tribunal était parfaitement dans son rôle. Martin, a-t-il décrété, répond désormais aux critères d’une libération conditionnelle, beaucoup plus chichement accordée aujourd’hui qu’hier. Ne pas la lui accorder eût été la priver de l’espoir qu’à raison, une société moderne accorde même à ses criminels les plus odieux. Refuser cette espérance n’est pas une réponse adéquate.