"Mais ce sont des bêtes, ces gens-là"

Mais, Monsieur, je n’ai jamais vu ça, ce sont des bêtes, ces gens-là." Viviane, pull en v fleuri, ballerines noires aux pieds, et mise en pli parfaite, reste à un jet de pétard pirate des bruyants contre-manifestants du TAK (Taal Aktie Komitee) qui l’empêche, ce dimanche midi, de rejoindre le rassemblement initié par le FDF en soutien à Véronique Caprasse.

Martin Buxant
"Mais ce sont des bêtes, ces gens-là"
©BELGA

Reportage

Mais, Monsieur, je n’ai jamais vu ça, ce sont des bêtes, ces gens-là." Viviane, pull en v fleuri, ballerines noires aux pieds, et mise en pli parfaite, reste à un jet de pétard pirate des bruyants contre-manifestants du TAK (Taal Aktie Komitee) qui l’empêche, ce dimanche midi, de rejoindre le rassemblement initié par le FDF en soutien à Véronique Caprasse, la bourgmestre non nommée, de Crainhem, commune à facilités de la périphérie bruxelloise. Viviane est venue de Wezembeek. Et elle gronde : "C’est un scandale, cette histoire ! Ces bourgmestres doivent être nommés, nous les avons plébiscités parce qu’ils font un travail remarquable. C’est tout à fait scandaleux de ne pas les nommer." Et elle sursaute quand éclate le fameux pétard pirate. Serge est à ses côtés. Il est venu d’Evere - "mais aujourd’hui, je me sens de tout cœur avec les habitants de Crainhem" , souffle-t-il avant de conseiller de "passer par les champs" pour contourner le TAK. C’est que, lui aussi, chemise blanche ouverte, se retrouve bloqué dans son cheminement vers le rassemblement par les activistes flamingants.

Les cordons policiers se renforcent, l’autopompe est prête à intervenir. Le ton monte, les "Franse ratten, rol uw matten" fusent de toutes parts. Et il y a Roel De Leener. Qui peste : "C’est toujours la même chose avec vous, les francophones, vous demandez le respect de la démocratie, mais vous ne respectez même pas le fait que c’est une commune flamande ici. C’est le droit, c’est la loi. Et soyez certains que nous manifesterons tant que vous ne comprendrez pas cela !" , expose ce représentant du TAK.

Devant la maison communale de Crainhem, les bourgmestres non nommés se succèdent à la tribune. Quelque 300 à 400 citoyens se sont déplacés en signe de soutien. Véronique Caprasse revient sur son rendez-vous avec le ministre flamand de l’Intérieur, Geert Bourgeois, François van Hoobrouck demande le respect du scrutin. Et Damien Thiéry éreinte le président de la N-VA Bart De Wever : "Jusqu’à présent , dit-il, ce monsieur n’a toujours pas fait la preuve qu’il pouvait faire un accord. Peut-être devrait-il y réfléchir avant de venir nous donner des leçons de démocratie."

Dans l’assemblée, plusieurs élus du MR (Daniel Bacquelaine, Alain Courtois, Denis Ducarme), du CDH (Myriam Delacroix, par ailleurs molestée par le TAK !, lire ci-dessous) ou d’Ecolo (André Peeters). Olivier Maingain, le chef de file du FDF, est également de la partie : "C’est tout à fait inacceptable ce qui se passe dans ces communes, le refus de la nomination des bourgmestres est un déni de la démocratie la plus élémentaire. J’ajoute , embraye-t-il, que la manière avec laquelle Geert Bourgeois se permet de refuser leur nomination est scandaleuse : on met en doute leur moralité et leur probité alors que ce sont des personnes tout à fait honorables. Aujourd’hui, nous avons posé un geste fort destiné à rétablir le respect par tous du suffrage universel." A Linkebeek, à Crainhem et à Wezembeek, les bourgmestres n’ont pas été nommés depuis 2006 - pour avoir envoyé des convocations électorales en français aux habitants francophones de leur commune.