Le centre sportif ? On oublie en 2012

Il y avait un grand absent dans le conclave budgétaire tenu par les gouvernements wallon et de la Fédération Wallonie-Bruxelles (ou Communauté française) : le centre pour élites sportives Pour rappel, ce centre doit accueillir sur un site unique la formation de la crème de la crème sportive dans une série de disciplines. Trois candidatures sont toujours en lice pour l’accueillir : Louvain-la-Neuve, Liège et Mons.

F.C.

Il y avait un grand absent dans le conclave budgétaire tenu par les gouvernements wallon et de la Fédération Wallonie-Bruxelles (ou Communauté française) : le centre pour élites sportives Pour rappel, ce centre doit accueillir sur un site unique la formation de la crème de la crème sportive dans une série de disciplines. Trois candidatures sont toujours en lice pour l’accueillir : Louvain-la-Neuve, Liège et Mons.

Le problème, c’est que Jean-Claude Marcourt (et le PS) soutient Liège et que Louvain-la-Neuve a les faveurs d’André Antoine (CDH). A côté de ces enjeux politiques qui ont paralysé le dossier, il est clair que le contexte budgétaire plombé pour les entités fédérées a fait craindre (et fait toujours craindre, d’ailleurs ) l’annulation pure et simple du projet.

Et des négociations menées au finish par les ministres dans la nuit de jeudi à vendredi, il ressort en effet que rien n’est prévu pour financer le centre sportif de haut niveau dans le budget 2012 de la Communauté française. Pour autant, tout n’est pas joué : le ministre André Antoine, en charge des Sports, se veut rassurant. Même si la première pierre du centre d’élites sportives est loin d’être posée

En effet, explique la porte-parole d’André Antoine, quel que soit le projet finalement retenu, son financement s’étalera de toute manière sur plusieurs années. Autrement dit, rien ne presse. Par ailleurs, si des crédits devaient tout de même être débloqués en 2012, André Antoine s’engage à les puiser dans ses propres postes budgétaires. Bref, le dossier ne passe pas (encore) aux oubliettes de l’histoire de la Communauté française. Et une décision serait même - à nouveau - imminente. Toujours selon la porte-parole du ministre des Sports, le douloureux choix entre Liège et Louvain-la-Neuve (Mons semble définitivement largué) devrait être opéré dans le courant du mois prochain.

En attendant, ce n’est pas la première fois que la très sensible question de la localisation du futur centre sportif pour élites est reportée. A l’origine, le gouvernement devait trancher avant l’été dernier. Mais la tâche s’est avérée fort rude puisqu’un jury d’experts avait classé ex aequo au nombre de points les dossiers liégeois et néolouvaniste. La balle était dans le camp des ministres de la Communauté qui devaient trancher. Mais, finalement, tout a été reporté à la rentrée, signe des difficultés ministérielles à décider en faveur de l’un ou de l’autre.

De nouvelles précisions avaient été demandées aux candidats, en particulier à l’égard du volet budgétaire (frais d’infrastructure et de fonctionnement). Le gouvernement leur avait également demandé d’envisager de travailler ensemble sur un projet commun et d’assurer les risques de dépassement budgétaire. La piste du partenariat a cependant fait long feu puisqu’André Antoine a confirmé depuis lors qu’il n’y aurait qu’un seul site de retenu. Un jour ou l’autre