L’action (sauvage) de trop pour les usagers

C’était dans l’air mais comme rien n’était officiel, le trafic des trains a déjà été très sérieusement perturbé mercredi. Au grand dam des navetteurs pour qui c’était vraiment l’action de trop. "La Libre" a interviewé Gianni Tabbone, l’administrateur et initiateur du site navetteurs.be

L’action (sauvage) de trop pour les usagers
©Johanna de Tessières
Christian Laporte

Entretien

C’était dans l’air mais comme rien n’était officiel, le trafic des trains a déjà été très sérieusement perturbé mercredi. Au grand dam des navetteurs pour qui c’était vraiment l’action de trop. "La Libre" a interviewé Gianni Tabbone, l’administrateur et initiateur du site navetteurs.be

La rumeur avait certes circulé mardi en fin de journée, mais les habitués du rail ont quand même été surpris…

Cette action de mercredi est absolument désolante car les usagers du train, principalement wallons mais aussi flamands, se sont fait avoir une fois de plus. Une fois de trop Il y avait un préavis en bonne et due forme pour ce jeudi, mais voilà : l’action a été anticipée de deux jours en Hainaut, d’un jour ailleurs en Wallonie et si certains navetteurs ont pu trouver une alternative, le personnel du rail ne peut ignorer qu’un grand nombre n’a d’autre moyen de transport que le train et que pas mal d’usagers aussi ne peuvent plus vraiment prendre de jours de congé car ils ont épongé leur stock en se voyant obligés de rester à la maison alors qu’ils avaient d’autres objectifs. J’ajouterai que dans ces congés forcés, il y a les actions de la SNCB mais il faut aussi tenir compte des grèves à répétition des Tec

L’on vous sent nerveux sur ce coup…

Il y a de quoi. Savez-vous que selon la SNCB, c’est la 22e grève dûment répertoriée de 2011 ? Bon, soyons clairs, le préavis pour ce jeudi nous paraît fondé, les cheminots ont aussi le droit de défendre leurs droits, mais l’action sauvage n’en est pas moins la goutte qui fait déborder le vase. D’après nos informations, il y a eu bien plus de réactions négatives que de coutume. Il y a un réel ras-le-bol des navetteurs : en 2011 à côté de 17 actions bel et bien annoncées qui ont permis à tout un chacun de prendre ses dispositions, l’on enregistre quand même aussi 5 actions spontanées, sauvages.

Ce n’est pas vraiment la meilleure façon de célébrer votre dixième anniversaire…

De fait, ce 21 décembre nous avons fêté, si l’on ose dire, notre dixième anniversaire. Tout avait démarré d’un forum qui voulait donner la parole aux usagers mécontents. Il est très vite apparu que l’on pouvait être utile en échangeant nos informations. Aujourd’hui, notre newsletter est diffusée à 8 000 exemplaires. Et nous ne comptons pas en rester là puisque depuis deux semaines, nous avons mis en place une petite équipe pour mieux épauler notre action. Trois personnes m’aideront à mieux relayer les aspirations des navetteurs des différentes régions de la Belgique francophone. L’an prochain, nous allons essayer d’aller plus loin encore en essayant de faire un tour des différentes régions afin de bien mettre en exergue les spécificités locales et régionales.

Du côté flamand, une pétition de navetteurs mécontents ne cesse de gonfler. Comptez-vous vous agir ensemble ?

Il faudra se concerter si l’on veut que cela change, ce qui n’est pas facile, mais les autorités doivent savoir que la mobilisation et la colère des usagers ne connaissent pas de frontière linguistique.

Renseignements. : www.navetteurs.be

Sur le même sujet