Nouvelle affaire de pédophilie au sein de l'Eglise

Nouvelle bombe dans le milieu ecclésiastique belge. Il y a une quinzaine de jours, Marcel Colignon, ancien abbé à Dinant, a été placé sous mandat d'arrêt pour attentat à la pudeur et viols sur mineurs.

Nouvelle affaire de pédophilie au sein de l'Eglise
©Johanna de Tessières

Le 15 décembre dernier, ce curé était placé sous mandat d'arrêt pour attentat à la pudeur et viols sur mineurs, après qu'une dizaine de victimes se soient manifestées.

Les débuts de l'affaire judiciaire remontent à septembre 2010. L'Évêché de Namur avait alors été mis au courant des agissements du curé sur deux enfants de sa famille. Il s'était alors vu interdire d'entrer en contact avec ces derniers dans l'exercice de ses fonctions, de reprendre le catéchisme et de célébrer des funérailles, apprend-on via Le Soir. Il avait par ailleurs été invité, un mois plus tard, à se retirer de la vie professionnelle.

Douze préventions sont actuellement établies à charge de l'ancien curé, les faits s'étalant sur une période longue de 33 années (de 1968 à 2001) sur des mineurs âgés de 13 à 16 ans. D'après l'enquête, "M. le curé Colignon n'aurait pas hésité à prendre contact avec certaines victimes pour tenter de les empêcher de révéler les faits répréhensibles", a indiqué le parquet de Dinant.

Le nombre de victimes risque d'être plus élevé. A cet égard, le Parquet a répété que "la divulgation de l'identité d'une personne victime de faits de mœurs alors qu'elle était mineur constitue une infraction pénale punissable d'une peine de deux mois à deux ans de prison". Il espère ainsi rassurer d'autres victimes potentielles, hésitant à parler.

Un appel à ces victimes potentielles a été lancé via un communiqué officiel. Il les enjoint à se rendre au poste de police pour y révéler les faits subis. "Il est important que ces personnes témoignent car une révélation pourrait permettre d'éviter la prescription de certains faits", a souligné le parquet de Dinant.

L'Eglise catholique belge a été éclaboussée en avril 2010 par un scandale de pédophilie, quand l'évêque de Bruges (nord), Roger Vangheluwe, a démissionné après avoir reconnu avoir fait subir des sévices sexuels à un neveu mineur entre 1973 et 1986.

En septembre 2010, une commission dirigée par un pédopsychiatre avait publié les témoignages de près de 500 personnes, principalement originaires de Flandre (nord), accusant des ecclésiastiques d'avoir abusé d'eux pendant leur jeunesse. Le 14 décembre, l'Eglise belge s'est engagée à indemniser, à hauteur de 2.500 à 25.000 euros, les victimes des crimes sexuels prescrits commis en son sein.