Loi Salduz: Un bilan "très positif", pour l'Ordre des avocats

L'Ordre des barreaux francophones et germanophone (OBFG) tire un bilan "très positif" de l'application de la nouvelle loi Salduz, depuis le 1er janvier, permettant l'assistance d'un avocat dès le premier interrogatoire.

belga
Loi Salduz: Un bilan "très positif", pour l'Ordre des avocats
©reporters

L'Ordre des barreaux francophones et germanophone (OBFG) tire un bilan "très positif" de l'application de la nouvelle loi Salduz, depuis le 1er janvier, permettant l'assistance d'un avocat dès le premier interrogatoire. Il reconnaît toutefois que le système mis en place pour assurer une permanence n'est pas parfait.

Dimanche vers 17h00, quelque 2.892 demandes d'assistance avaient été formulées depuis minuit sur l'ensemble du pays. 920 avocats étaient inscrits pour la journée de dimanche. Toutes les demandes n'ont pu être honorées mais "aucun couac sérieux" n'a été rencontré, selon l'OBFG.

"Je reste optimiste même si je l'étais déjà car le projet avait été bien préparé. Le système a bien fonctionné comme le programme informatique (permettant de connaître les noms des avocats qui sont de permanence dans chaque arrondissement judiciaire, ndlr). Nous avons connu deux problèmes techniques qui ont pu être rapidement résolus", a réagi lundi le président de l'OBFG, Robert De Baerdemaeker.

Toutes les demandes d'assistance n'ont toutefois pas pu être honorées. Le nombre d'avocats disponibles devra être revu à la hausse, reconnaît l'OBFG qui relativise toutefois ce constat. Le système a été lancé lors de la nuit de la Saint-Sylvestre, une nuit plus animée que d'ordinaire. De plus, certains avocats n'ont pas souhaité sacrifier leur réveillon.

L'OBFG va analyser avec la société qui gère le système de permanence les raisons précises pour lesquelles toutes les demandes n'ont pu être honorées. Certains avocats n'ont pu être contactés tandis que d'autres ont renoncé à la mission. Aucun problème linguistique n'a été porté à la connaissance de l'OBFG. Le défi prochain est de "garder la longueur", selon l'OBFG.