Julien Ries, Belge et cardinal

Depuis la mort du cardinal Joos (en 2004) et celle du cardinal Schotte (2005), la Belgique n’avait plus qu’un cardinal, Mgr Godfried Danneels, à la retraite depuis bientôt deux ans. A partir du 18 février, l’ancien Primat de Belgique sera moins seul. Benoît XVI a, en effet, annoncé, vendredi, que dans le consistoire qui créera, le 18 février prochain, 22 nouveaux cardinaux - dont 18 de moins de 80 ans pourraient participer à un prochain conclave - il créera cardinal un second Belge en la personne de Mgr Julien Ries, spécialiste de l’histoire des religions pour qui une bonne nouvelle ne vient jamais seule puisqu’on a aussi appris ces derniers jours que le centre qu’il avait créé à l’UCL et qui avait été mis en veilleuse va être relancé de manière pluridisciplinaire.

Christian Laporte

Depuis la mort du cardinal Joos (en 2004) et celle du cardinal Schotte (2005), la Belgique n’avait plus qu’un cardinal, Mgr Godfried Danneels, à la retraite depuis bientôt deux ans. A partir du 18 février, l’ancien Primat de Belgique sera moins seul. Benoît XVI a, en effet, annoncé, vendredi, que dans le consistoire qui créera, le 18 février prochain, 22 nouveaux cardinaux - dont 18 de moins de 80 ans pourraient participer à un prochain conclave - il créera cardinal un second Belge en la personne de Mgr Julien Ries, spécialiste de l’histoire des religions pour qui une bonne nouvelle ne vient jamais seule puisqu’on a aussi appris ces derniers jours que le centre qu’il avait créé à l’UCL et qui avait été mis en veilleuse va être relancé de manière pluridisciplinaire.

La nouvelle était dans l’air depuis quelques heures dans le petit monde des vaticanistes, d’aucuns l’ayant même annoncée comme certaine avant que le Pape ne dévoile les noms des élus.

Un premier constat : Mgr Léonard n’en sera donc pas encore. Non que l’archevêque de Malines-Bruxelles soit tombé en disgrâce à Rome mais, comme l’explique le porte-parole de l’Eglise belge, le P. Scholtes, sj, "il y a une règle tacite qui veut que tant que l’ancien archevêque et cardinal d’une province ecclésiastique n’a pas plus de 80 ans et dispose donc toujours de son droit de vote, l’archevêque en place ne peut pas être créé cardinal".

Second constat : si de précédents consistoires ont montré une mondialisation du sommet de l’Eglise, c’est à un retour en force des Italiens qu’on assiste avec 7 nouveaux cardinaux, principalement issus - et ceci explique cela - de la Curie. Le plus visible d’entre eux est Mgr Fernando Filoni, préfet de la Congrégation pour l’évangélisation des peuples qui a aussi remis de l’ordre dans le patrimoine immobilier romain à laquelle la justice s’intéressa voici peu.

On le dit aussi proche du Néo-catéchuménat qui a le vent en poupe au Vatican mais on se rappellera aussi qu’il fut un très indépendant et courageux nonce pendant la guerre en Irak.

Citons ensuite Mgr Antonio Veglio qui préside le Conseil pontifical des migrants et des itinérants. Un "ministère" en pointe face aux grandes transhumances qu’on sait ; Mgr Giuseppe Bertello qui préside le governorat de la Cité du Vatican ; Mgr Giuseppe Versaldi, actuel préfet des affaires économiques et Mgr Giuseppe Betori, l’archevêque de Florence. Recevront aussi la barrette, Mgr Francesco Cocopalmerio, gardien des textes législatifs romains, et Mgr Domenico Calcagno, président de l’administration du patrimoine du siège apostolique.

Autres promus européens : le Portugais Manuel Monteiro de Castro qui est Pénitencier majeur et secrétaire de la Congrégation pour les évêques ; le Néerlandais Willem Eijk, ratzingérien "pur jus" ; le Tchèque Dominik Duka, ami de Vaclav Havel ; l’Espagnol Santos Abril y Castello, archiprêtre de Ste-Marie Majeure et l’Allemand Rainer Maria Woelki, qui fera chuter la moyenne générale. Il sera le benjamin du Sacré Collège mais a néanmoins 55 ans.

Deux Américains aussi deviennent cardinaux : l’archevêque conservateur de New York, Timothy Dolan et Edwin O’Brien, pro-Grand Maître de l’Ordre équestre du Saint-Sépulchre. Et on joindra à eux le Canadien Thomas Collins, président des évêques de l’Ontario.

Du côté de l’Amérique latine, on salue la nomination du préfet de la Congrégation pour les instituts de vie consacrée, Mgr Joao Braz de Aviz. D’Asie viendront Mgr George Alencherry, le chef des Syro-Malabars indiens et Mgr John Tong Hon, le nouvel archevêque de Hong Kong. Enfin, Benoît XVI veut honorer pour services rendus le théologien maltais Prosper Grech, le jésuite allemand Karl-Josef Becker et Mgr Lucian Muresan, primat des Gréco-catholiques roumains.