Di Antonio dans ses ronds-points

Sapristi, des travaux de marquage réalisés à la sortie 43 de l’E25, dite parfois "l’autoroute du soleil" (tu parles !), ont privé la circulation d’une bande.

Di Antonio dans ses ronds-points
©Photonews
P.P.

Sapristi, des travaux de marquage réalisés à la sortie 43 de l’E25, dite parfois "l’autoroute du soleil" (tu parles !), ont privé la circulation d’une bande. Voilà qui n’aurait pas manqué d’étonner de nombreux automobilistes, entre Tilff et Beaufays. Voici qui a requis la toute première intervention au Parlement wallon du ci-devant nouveau ministre régional des Travaux publics, de l’Agriculture, de la Ruralité, de la Nature, de la Forêt et du Patrimoine (ouf !).

Car, n’est-ce pas, "à nouvelle année, nouveau ministre" , lui a gentiment lancé d’emblée, lundi après-midi, "sa" présidente de commission, Monika Dethier (Ecolo). Le ministre a alors rassuré ceux à côté desquels il venait "de passer sept ans" : "Je ne serai pas là pour vous brider. J’ai assez souvent regretté comme parlementaire de ne pas avoir assez de pouvoir d’initiative." Bon, mais, ce marquage ? Ah, au député l’interrogeant, Philippe Dodrimont (MR), Carlo Di Antonio (CDH) répond, enfin, on lui a préparé de dire en guise de réponse, qu’il peut comprendre que l’on s’étonne, mais qu’il s’agit là d’une situation provisoire préalablement à un prochain chantier de réfection; et que, "si des problèmes se posent" , l’administration apportera des adaptations.

Roulons, alors. Suit, à la faveur d’un articulet déjà plus très frais dans "La Libre", un point requis sur les extensions promises par le prédécesseur Benoît Lutgen de places de parkings pour poids lourds que l’on sait chiches sur les rares aires de repos autoroutières. Le ministre s’applique, aire par aire : attention, Madame la députée, vous confondez Battice et Barchon. Laquelle, Caroline Cassart (MR), n’en est pas vexée, lui servant que "votre réponse est relativement complète mais pas complète quand même, mais je ne vais pas vous titiller pour votre première séance".

Poursuivons, alors. Voici des ronds-points sur la N63, des luminaires "vétustes" (dit l’administration) au pont de Jambes, du stationnement sauvage à Hacquegnies Et Di Antonio poursuit imperturbable, fort poisson froid, ton bas, plus monocorde que le précédent Lutgen. Tout juste s’anime-t-il d’un sourire quand le bourgmestre de Dour qu’il reste en titre peut témoigner, comme municipaliste, "que souvent il n’est pas facile de voir clair" dans le partage de responsabilités entre Région et communes dans l’entretien des trottoirs de voiries régionales en agglomération

Faut dire, l’ordre du jour n’est pas de ceux qui tiennent éveillés un jour de rentrée. Heureusement, les chemins vicinaux ou Natura 2000 viennent rappeler qu’il peut être aussi fort question ici, de politique. Ou encore, une 36 000 e interrogation sur la sortie Sud de Charleroi, un incontournable de l’alternative présumée Olivier. Quoi, demande Yves Binon (MR), les récriminations du bourgmestre de Gerpinnes sur la liaison entre N5 et grand ring carolo à y tracer viendraient-elles redonner vie au projet autoroutier qui massacrerait l’entité où lui est maïeur, Nalinnes ? Di Antonio rassure : la déclaration gouvernementale sera appliquée, même si on ne prévoit pas une fin de chantier avant 2016-17. Et "sur les moyens nécessaires" à dégager aussi, "l’engagement du gouvernement est assez clair". Un premier regard vers le collègue et coreligionnaire Antoine au Budget ?

Sur le même sujet