Bienvenue en Palestine: plainte de deux Belges contre Israël

Deux participants belges de la mission 'Bienvenue en Palestine', Mme Hajar Moumni et M. Mohamed Najar, qui devaient se rendre du 8 au 16 juillet 2011 en Cisjordanie, ont déposé plainte le 9 janvier 2012 contre Israël auprès du parquet fédéral belge pour crimes de guerre, a annoncé mardi leur avocat Me Sébastien Courtoy.

BELGA
Bienvenue en Palestine: plainte de deux Belges contre Israël
©AP

Deux participants belges de la mission 'Bienvenue en Palestine', Mme Hajar Moumni et M. Mohamed Najar, qui devaient se rendre du 8 au 16 juillet 2011 en Cisjordanie, ont déposé plainte le 9 janvier 2012 contre Israël auprès du parquet fédéral belge pour crimes de guerre, a annoncé mardi leur avocat Me Sébastien Courtoy. La plainte vise notamment le premier ministre israélien Benyamin Netanyahou, les ministres israéliens de l'Intérieur et de la Défense, Eli Yishaï et Ehud Barak ainsi que le commandant suprême des forces armées, Gabi Ashkenazi.

Contraints de transiter par l'aéroport de Tel-Aviv, les participants de la mission ont été accueillis par plusieurs dizaines d'agents de sécurité de l'aéroport, de policiers et de militaires, "munis d'armes de guerre". Les participants, qui entendaient dénoncer "le blocus de la Cisjordanie par l'armée d'occupation israélienne", disent avoir subi des fouilles corporelles, vu leurs affaires saisies, avoir été mis à l'isolement puis subi de longs interrogatoires musclés.

L'un des deux plaignants a été tabassé par huit membres des forces de l'ordre, explique son avocat. Les lésions et les hématomes ont été constatés par un médecin qui a rédigé des certificats médicaux, a-t-il ajouté. "Après avoir subi ces traitements inhumains durant plusieurs heures, les victimes furent conduites dans les geôles israéliennes (...) dans lesquelles elles furent séquestrées plusieurs jours durant, dans des conditions inhumaines", peut-on lire dans la plainte.

Me Courtoy rappelle que les juridictions belges sont compétentes pour poursuivre en Belgique les personnes étrangères ayant commis hors de Belgique des crimes de guerre, à condition que les victimes soient de nationalité belge.