"Le droit de grève n'est pas absolu"

"La grève est un droit mais il n'y a pas de droit de grève".

Belga
"Le droit de grève n'est pas absolu"
©Bauweraerts Didier

Le cabinet d'avocats Claeys & Engels demandera lundi, à l'occasion de la grève générale, à des huissiers et à la police de faire lever des piquets devant des entreprises. Il attend des ordonnances de présidents de tribunaux de première instance, après avoir introduit des requêtes.

Le cabinet a toutefois dissuadé certains employeurs de recourir à la Justice, pour des raisons pratiques.

"Le droit de grève n'est pas absolu. La jurisprudence est claire et plutôt généralisée", indique Me Eric Carlier, du cabinet d'avocats Claeys & Engels. Certains employeurs ont demandé préventivement une interdiction de piquet de grève. "Il y a un dossier à soumettre. On ne peut pas se baser sur des rumeurs mais sur des éléments concrets comme des tracts syndicaux, des mails, etc. On n'instrumentalise pas la Justice", explique Me Carlier.

Ce dernier déplore le vide juridique qui entoure le droit de grève. "La grève est un droit mais il n'y a pas de droit de grève. Il n'y a malheureusement pas de définition. Nous respectons le droit de grève, que nous définissons comme un arrêt collectif de travail", ajoute l'avocat.

Le cabinet d'avocats Claeys & Engels a dissuadé certains clients de saisir la Justice en vue d'obtenir lundi la levée de piquets de grève, pour des raisons pragmatiques. "Si les grévistes sont trop nombreux, il ne sera pas possible pour la police de les évacuer", souligne Me Carlier.

La grève étant générale lundi, la police risque en effet de manquer d'effectifs sur certaines zones pour effectuer ce type de tâche.