Intégration: "Didier Reynders ne propose rien", d'après Cheron

Invité ce matin sur Twizz Radio, Marcel Cheron (ECOLO) juge que Dider Reynders " a des mots dangereux". "Il y a des mots qui surtout ne permettent pas de trouver des solutions. Et donc, je ne crois pas qu'il a envie de trouver des solutions".

Intégration: "Didier Reynders ne propose rien", d'après Cheron
©twizz radio
rédaction en ligne

Marcel Cheron, Chef de groupe ECOLO au Parlement de la Fédération Wallonie Bruxelles, était l'invité du 7.40 de Twizz radio ce jeudi matin.

Il a tenu à réagir aux propos de Didier Reynders, Vice premier ministre MR, pour entamer l'interview.

L'intégration, est-elle un échec dans "un certain nombre d'endroits ?".

"Monsieur Reynders arrive de Liège, il découvre Bruxelles et manifestement il s'intéresse un peu plus à d'autres quartiers que le quartier de Uccle puisqu'il parle beaucoup de Molenbeek" ironise Marcel Cheron. Pourtant le chef de file libéral au gouvernement fédéral provient d'un quartier populaire de Liège. "Il n'empêche qu'il fait de la politique et il y a des mots dangereux !" rétorque Marcel Cheron qui poursuit : " Il y a des mots qui surtout ne permettent pas de trouver des solutions. Et donc, je ne crois pas qu'il ait envie de trouver des solutions, il a envie de se marquer sans doute très à droite".

Marcel Cheron relève également que dans la journée d'hier, Françoise Scheepmans, partenaire MR du PS dans la majorité communale de Molenbeek, s'est distancée des propos de Didier Reynders.

D'ailleurs, Charles Michel, Président du MR, pour sa part, a tenté de mettre un terme à ces déclarations hier soir : "Il dit que Monsieur Reynders parle dans la ligne droite des propos du MR. Je dis dans la ligne très droite des propos du MR" estime Marcel Cheron. Il ponctue, concernant Didier Reynders : "C'est malheureux de commencer une campagne communale comme ça, et surtout dangereux !".

Le représentant ECOLO attend à présent de lire les propositions du MR dans le domaine de l'intégration. Il énumère les initiatives qui réussissent comme l'encadrement différencié dans les écoles pour tenter de contrer l'effet du niveau socio-économique (des quartiers) sur l'intégration. Marcel Cheron plaide pour des investissements publics permettant l'intégration par l'éducaton et la culture. Il se déclare également favorable à ce que les enseignants détiennent une formation de base qui leur permettra, à l'intérieur des cours actuels, de consacrer des heures communes à des cours philosophiques par exemple. Il prévient : " Ce dont on a besoin, ce n'est pas de fustiger l'échec de l'intégration mais c'est de dire comment on fait des proposoitions politiques positives pour réussir l'intégration".

En conclusion, ECOLO appelle l'ensemble des partis démocratiques à formuler des propositions. " Mais moi je n'entends pas les propositions de Monsieur Reynders. Il ne propose rien !" déclare Marcel Cheron.

Sur le même sujet