Sharia4Belgium surveillé depuis plusieurs années

Avec ses tenues de camouflage militaire ou ses longues tuniques à l’afghane ou à l’arabe, sa longue barbe noire touffue et son crâne rasé, Fouad Belkacem, la figure de proue de Sharia4Belgium, a parfois fait figure de clown.

J. La.
Sharia4Belgium surveillé depuis plusieurs années
©BELGA

Avec ses tenues de camouflage militaire ou ses longues tuniques à l’afghane ou à l’arabe, sa longue barbe noire touffue et son crâne rasé, Fouad Belkacem, la figure de proue de Sharia4Belgium, a parfois fait figure de clown. Son action a longtemps été cantonnée à la région anversoise d’où est originaire cet homme.

Sharia4Belgium s’était approché virtuellement de la capitale en posant devant l’Atomium et en appelant à la détruire. La semaine dernière, Sharia4Belgium a été très présent à Molenbeek-Saint-Jean. Selon les autorités communales et policières, c’est en effet Sharia4Belgium qui est à l’origine des débordements consécutifs à l’interpellation d’une convertie en niqab qui s’est rebellée au commissariat.

Le groupe a à nouveau fait parler de lui dimanche lorsqu’une douzaine de ses sympathisants ont refusé - ce qu’ils font quasi systématiquement - de se soumettre à un contrôle d’identité. Un homme a été déféré au parquet de Bruxelles pour incitation à l’émeute tandis que les autres étaient arrêtés administrativement. Cet homme, âgé de 21 ans, a été placé sous mandat d’arrêt pour incitation à l’émeute et coups et blessures à agent de police.

Cela fait cependant plusieurs années que Sharia4Belgium ne fait plus rire les services qui suivent les mouvements extrémistes. Comme la Sûreté de l’Etat, qui notait dans son dernier rapport que le développement du salafisme était un élément marquant des dernières années. Le salafisme est un courant islamique réactionnaire qui entend assujettir la vie individuelle et sociale par l’imposition de règles strictes. Il s’oppose à l’ordre juridique démocratique, au système juridique occidental et à l’intégration des musulmans dans la société occidentale.

Et, dans ce cadre, la Sûreté de l’Etat notait que "en 2010, c’est surtout l’émergence de Sharia4Belgium qui a attiré l’attention de la société, notamment en raison des actions publiques et fortement provocatrices du groupement". La première grosse action d’éclat de Sharia4Belgium avait été enregistrée cette même année à l’université d’Anvers lorsqu’ils avaient violemment perturbé la conférence de l’écrivain et polémiste néerlandais Benno Barnard qui devait donner une conférence critique sur l’Islam.

Depuis lors, le groupe a gagné en visibilité. Combien sont-ils ? Difficile à évaluer. Quand il se déplace, Fouad Belkacem, qui se fait appeler Abou Imran, est généralement soutenu à bout de bras par un petit groupe.

Le patron de la Sûreté de l’Etat, Alain Winants, évaluait récemment qu’il y aurait en Belgique quelques centaines de militants salafistes et quelques milliers de sympathisants. Qui ne se retrouvent pas tous dans Sharia4Belgium et qui sont d’origines très diverses : des Arabes, des Berbères, des Belges convertis, d’autres Européens, des Latino-Américains, des Africains, des Bosniaques, des Turcs et des Tchétchènes.

Pour Fouad Belkacem, la roue semble en tout cas prête à tourner. Condamné au début du mois à deux ans de prison, dont la moitié avec sursis pour incitation à la haine, il est en appel. Et le parquet général d’Anvers - qui voit en lui "un prédicateur de haine" - a déjà prévenu : il compte demander qu’on lui retire la nationalité belge. Et la ministre de la Justice le soutient.

Cet article génère un nombre très important de commentaires qui doivent être tous revus en raison du sujet abordé. Il ne nous est matériellement pas possible d’assumer cette charge additionnelle. En conséquence, cet article ne sera pas ouvert aux commentaires. Veuillez nous en excuser. Merci de votre compréhension. La modération.


L'OCAM relève le niveau de vigilance dans la commune de Molenbeek L'Organe de coordination pour l'analyse de la menace (OCAM) en Belgique a relevé vendredi dernier le niveau de vigilance à Molenbeek en raison des échauffourées qui ont éclaté jeudi et vendredi soir dans la commune, a indiqué mardi André Vandoren, directeur de l'OCAM, précisant une information de la RTBF. Le niveau de vigilance est ainsi passé de 2 (niveau moyen) à 3 (niveau grave) sur une échelle qui en compte quatre. Jeudi et vendredi soir, des confrontations ont eu lieu entre la police et des activistes devant le commissariat de la rue du Facteur, à Molenbeek-Saint-Jean. Les manifestants venaient protester contre le contrôle d'identité d'une jeune femme en niqab. Cette dernière semblait faire partie de l'organisation islamiste Sharia4Belgium et ce sont ses membres qui auraient mené les actions devant le poste de police jeudi et vendredi soir. "Le niveau a été relevé dans la commune de Molenbeek au sens large et est pour l'instant maintenu", a indiqué André Vandoren. Cette hausse du niveau d'alerte est uniquement liée aux troubles survenus dans la commune ainsi qu'aux activités de Sharia4Belgium, a encore souligné le directeur de l'OCAM. (Belga)