Efficace, le "filtre" médical

Instaurer un "filtre" au début de la procédure, pour diminuer le nombre de régularisations de séjour pour raisons médicales : ce fut une des premières mesures prises par Maggie De Block (Open VLD), devenue secrétaire d’Etat à l’Asile et la Migration en décembre dernier. Parce qu’en 2011, il y avait eu plus de 10 000 demandes de cet ordre, soit deux fois plus qu’en 2008. La loi relative au séjour des étrangers a donc été modifiée en ce sens : la régularisation pour raison médicale ne peut plus être accordée que dans des cas très graves. Des médecins supplémentaires ont été engagés à l’Office des étrangers, pour détecter les abus de cette procédure.

An.H.

Instaurer un "filtre" au début de la procédure, pour diminuer le nombre de régularisations de séjour pour raisons médicales : ce fut une des premières mesures prises par Maggie De Block (Open VLD), devenue secrétaire d’Etat à l’Asile et la Migration en décembre dernier. Parce qu’en 2011, il y avait eu plus de 10 000 demandes de cet ordre, soit deux fois plus qu’en 2008. La loi relative au séjour des étrangers a donc été modifiée en ce sens : la régularisation pour raison médicale ne peut plus être accordée que dans des cas très graves. Des médecins supplémentaires ont été engagés à l’Office des étrangers, pour détecter les abus de cette procédure.

En place depuis la mi-février, les 7 médecins ont déjà traité 1 706 demandes. Maggie De Block se réjouit des premiers résultats de ce "filtre". Dans 83 % des cas (1 423 dossiers), la demande n’a pas été considérée comme recevable, la situation médicale de l’étranger ne justifiant pas une régularisation.

Autre projet qui lui tient à cœur : le retour volontaire des étrangers qui reçoivent un ordre de quitter le territoire, "un des piliers d’une politique d’asile humaine et correcte". Les chiffres des 4 premiers mois de 2012 sont un motif de satisfaction pour Maggie De Block : par rapport à la même période en 2011, on a constaté une augmentation de 40 % des retours volontaires.