Johan Versteken: "Les gens de bonne volonté, on ne peut les renvoyer dans un pays en guerre"

Le CD&V était divisé lundi sur l'opportunité d'avoir expulsé le jeune Afghan Parweiz Sangari (20 ans), débouté de sa demande d'asile malgré ses efforts d'intégration et la dangerosité supposée de sa destination, mais s'accordait pour rejeter un durcissement de la loi à l'égard des mineurs.

Johan Versteken: "Les gens de bonne volonté, on ne peut les renvoyer dans un pays en guerre"
©Johanna de Tessières

Le CD&V était divisé lundi sur l'opportunité d'avoir expulsé le jeune Afghan Parweiz Sangari (20 ans), débouté de sa demande d'asile malgré ses efforts d'intégration et la dangerosité supposée de sa destination, mais s'accordait pour rejeter un durcissement de la loi à l'égard des mineurs. Dans une lettre ouverte, le député flamand Johan Versteken a jugé "criminel" ce rapatriement vers Kaboul. Il a reproché à la secrétaire d'État à l'Asile et la Migration Maggie De Block (Open Vld) de n'avoir pas eu le courage d'aller à l'encontre d'une "certaine tendance politique".

"Les gens de bonne volonté, qui sont bien intégrés, séjournent depuis plusieurs années en Belgique et n'ont pas de casier judiciaire, on ne peut ainsi les renvoyer dans un pays en guerre", a-t-il relevé.

Mais la députée fédérale Nahima Lanjri (CD&V) n'est pas de cet avis. "Nous vivons dans un État de droit et les règles doivent être appliquées", estime-t-elle. "Les règles sont les règles et l'on ne peut pas être 'un petit peu mieux intégré'".

Mme Lanjri s'oppose cependant à la proposition de Mme De Block d'autoriser des expulsions de mineurs d'âge déboutés de leur demande d'asile. "Cela va à l'encontre des avis des organisations internationales et contre notre propre législation. En outre, une telle proposition ne figure pas dans l'accord de gouvernement".

Sur le même sujet