Grève aux inscriptions de l’ULB

Cette année encore, le Service des Inscriptions de l’Université libre de Bruxelles (ULB) n’est pas épargné. Après avoir vécu une rentrée chaotique en 2011, il est à nouveau débordé à cause de problèmes informatiques. Son personnel est excédé et un préavis de grève à durée illimitée a été déposé. Le service a fermé ses portes.

Cette année encore, le Service des Inscriptions de l’Université libre de Bruxelles (ULB) n’est pas épargné. Après avoir vécu une rentrée chaotique en 2011, il est à nouveau débordé à cause de problèmes informatiques. Son personnel est excédé et un préavis de grève à durée illimitée a été déposé. Le service a fermé ses portes.

Depuis lundi midi, les étudiants ne peuvent plus accéder aux guichets. Nombre d’entre eux risquent de ne pas pouvoir valider leur inscription alors que le 20 octobre est la date limite pour celle-ci. Une date qui a déjà été reportée de près d’un mois.

Le personnel se plaint de l’outil informatique "Smiley", qui pose de gros problèmes. En effet, certains dossiers ne sont pas validés et doivent être traités au cas par cas, ce qui alourdit la charge de travail du service.

Les employés continuent de traiter les dossiers en cours afin de ne pas pénaliser les étudiants. Les syndicats (CGSP et CNE) parlent d’un épuisement physique et psychologique des travailleurs. Ceux-ci subissent régulièrement des agressions verbales en raison de la frustration que la lenteur de l’inscription occasionne. Didier Bajura, délégué principal CNE explique que " les étudiants frustrés, et on peut les comprendre, se comportent parfois de manière agressive et insultent le personnel ". Le service est bien décidé à ne pas rouvrir ses guichets tant qu’une solution n’aura pas été trouvée par les dirigeants de l’université.

De leur côté, les autorités de l’ULB tentent de dégager une sortie de crise. " Les discussions sont en cours, nous essayons de trouver une solution qui convienne à tout le monde ", précise Arnaud Tinlot, conseiller des autorités de l’ULB.

Le président de l’université, Alain Delchambre, a rencontré, mardi, les représentants syndicaux pour la deuxième fois cette semaine.

Une proposition de migration des dossiers problématiques a été faite aux syndicats. Par ailleurs, le Service des Inscriptions pourrait temporairement continuer à effectuer son travail à guichets fermés, afin de travailler dans une ambiance plus sereine. Les syndicats soumettront l’idée aux travailleurs ce mercredi matin.

Le système informatique "Smiley" a été mis en place en 2011 afin que l’ULB dispose d’un outil d’administration uniformisé. Le hic, c’est que son installation avait provoqué des files d’attente interminables à la rentrée académique de l’année passée. Ce problème ne s’est pas reproduit cette année mais le programme comporte encore de nombreuses failles.

N.V. (st.)