Hendrik Bogaert veut remplacer un fonctionnaire à la retraite sur cinq

Le Secrétaire d'État à la Fonction publique était l’invité politique du 7h40 de Twizzradio ce mardi matin.

Hendrik Bogaert veut remplacer un fonctionnaire à la retraite sur cinq
©Belga

Pour le gouvernement, les ajustements budgétaires ont commencé; il faut dénicher quelques 800 millions pour boucler l’année 2012 et 3,7 milliards pour boucler 2013.

Hendrik Bogaert évoquait ce mardi les pistes du CD&V sur Twizz radio. "En tout cas, on veut trouver de nouvelles possibilités pour économiser dans l’administration, donc il faut diminuer les coûts de personnel et aussi les frais de fonctionnement. Voilà notre premier objectif. Naturellement il faut aussi tenir l’objectif en général, c’est-à-dire limiter le déficit à 2,8%".

Le Secrétaire d’Etat évoque explicitement la diminution des frais de personnel et des coûts de fonctionnement de l’administration. Cela signifie-t-il que des pistes doivent être poursuivies du côté de la fonction publique ? "Oui, certainement", répond Hendrik Bogaert qui explique : "On ne va certainement pas licencier des collaborateurs mais il faut peut-être regarder les taux de remplacement. On verra mais c’est certainement une des pistes que l’on est en train d’analyser".

Et concrètement ? Faut-il diminuer le taux de remplacement des fonctionnaires qui partent à la retraite ? Actuellement, le Secrétaire d’Etat recense un engagement pour 2 départs à la retraite. "Ça pourrait être 1 sur 5 par exemple", répond Hendrik Bogaert. Il poursuit : "Ca va peut-être un peu loin pour certaines personnes, mais je trouve que d’un autre côté, il faut aussi compter sur la mobilité (NDLR : les mutations) dans la fonction publique. Certains départements ont clairement trop de personnel, alors qu'il y en a d’autres qui en manquent. Il faut donc travailler avec la mobilité pour réduire les coûts en général. Ce sont aussi des opportunités pour les personnes concernées parce qu’elles peuvent continuer leur carrière dans un autre département. Quelqu’un pourrait par exemple commencer en Justice et travailler pendant six ans et puis passer en Intérieur ou Sécurité sociale ou un autre, donc il y a toujours des opportunités dans les défis que l’on a aujourd’hui".

Enfin, quelle est la position de son parti concernant une probable nouvelle régularisation fiscale? " Notre parti est contre. Cela pourrait éliminer les efforts de John Crombez (NDLR : Secrétaire d’Etat à la lute contre la fraude fiscale), du gouvernement en général, et faire entrer les taxes. Tout le monde doit payer les taxes, on ne va donc pas faire des exceptions et puis régulariser les fautes... On n’aime pas ça, ce n’est pas un bon signal pour le futur non plus !", conclut Hendrik Bogaert.

Sur le même sujet