Le "fiscard" du PS est accusé de fraude

Mais le collaborateur du centre d’étude du PS (IEV) compte déposer plainte. Laurent Gustin aurait travesti des coûts réels d'une opération immobilière dans sa déclaration d'impôts. Qu'il a contrôlé lui-même...

Frédéric Chardon
Le "fiscard" du PS est accusé de fraude
©Christophe Bortels

Cette histoire ne manque pas de piquant ni d’ironie... Laurent Gustin est, à la base, contrôleur fiscal au sein du SPF Finances. Mais il est surtout l’expert en fiscalité au sein du centre d’étude du PS (l’Institut Emile Vandervelde ou IEV). Avec deux autres fonctionnaires, il fait l’objet d’accusations graves, suite à un audit pratiqué en interne. La cellule audit de la Trésorerie lui reproche d’avoir transformé sa maison privée en chambre d’hôtes en travestissant les coûts réels de l’opération dans sa déclaration d’impôts. Qu’il a contrôlée lui-même...

Selon la VRT, qui a révélé les faits, Laurent Gustin, découvert dans sa supercherie fiscale, a été protégé par ses supérieurs au sein du ministère. La fraude découverte, aucune plainte n’a été déposée, tandis que le contrôleur indélicat était détaché auprès du groupe PS du Sénat. Il travaille donc maintenant au service d’étude du PS.

Mais, selon nos informations, ce collaborateur du Parti socialiste était carrément l’homme-clef qui a négocié au nom du PS l’accord du gouvernement Di Rupo Ier sur tout le volet lutte contre la fraude fiscale, dégageant ainsi sur le papier plusieurs centaines de millions d’euros de marge potentielle pour les caisses de l’Etat. Savoureux...

Ces informations sont confirmées par Ermeline Gosselin, la porte-parole du PS. " Laurent Gustin faisait, en effet, partie des négociateurs qui ont représenté le PS dans les négociations de l’accord de gouvernement. Toutefois, s’il représentait le PS, il ne représentait pas le formateur qui allait devenir le Premier ministre" , précise-t-elle.

Encore un nouvel élément : toujours selon Ermeline Gosselin, le spécialiste fiscal du parti d’Elio Di Rupo va déposer plainte pour calomnie et dénonciation calomnieuse après avoir consulté son avocat sur le sujet. " Il déposera plainte lorsque les noms des auteurs du rapport d’audit seront connus , ajoute-t-elle. Actuellement, en effet, ce rapport est anonyme. L’Institut Emile Vandervelde appelle à respecter la présomption d’innocence à l’égard de son collaborateur. C’est un dossier juridico-fiscal extrêmement compliqué. Par ailleurs, Laurent Gustin a, depuis le débat, essayé de résoudre ce problème. "

Les rapports d’audit ont également mis en lumière d’autres affaires qui, elles, ne concernent pas spécialement le PS. Par exemple, des contrôleurs de la Monnaie auraient commis des irrégularités en 2006, lors de la confection de pièces de 2 euros. Des employés ont affirmé les avoir vus sortir dissimulant un chariot. Le rapport conclut à un trou de près de 70 000 euros en métal servant à frapper la monnaie... Un troisième rapport évoque une amende de 76 908 euros attribuée à un fraudeur par le fisc de Louvain mais mystérieusement réduite à 3 840 euros par le directeur régional. Les Finances affirment que les trois dossiers de fraude ont été transmis au parquet.

Plus généralement, ces audits montrent également que, lorsque des irrégularités sont constatées, elles sont souvent étouffées par la hiérarchie... Avec à peine deux contrôleurs pour 22 000 fonctionnaires, le service d’audit interne des Finances est largement insuffisant, a-t-on aussi appris.