Les élèves ratent le plus souvent en 3e et 5e secondaires

Une analyse rend compte des retards scolaires en primaire et en secondaire en Wallonie et à Bruxelles lors de l’année scolaire passé.

F.Sc.
Les élèves ratent le plus souvent en 3e et 5e secondaires
©Jean-Luc Flémal

En Fédération Wallonie-Bruxelles, les élèves réalisent normalement un parcours de douze ans dans l’enseignement obligatoire. Mais une proportion importante d’élèves s’écarte de cette norme... C’est connu et c’est une constante au fil des années : les garçons accusent un retard scolaire plus accrû que les filles. Jamais au grand jamais, la tendance ne s’est inversée...

Selon les derniers indicateurs de l’enseignement de la Fédération Wallonie Bruxelles, près d’un élève sur cinq souffre de retards scolaires en primaire et près de... un sur deux en secondaire.

Le taux d’échec

En primaire tout d’abord. De la troisième à la sixième, les taux de redoublants varient autour de 3,5 %.

Par contre, ce même pourcentage est le plus élevé en première et deuxième, respectivement 6,2 % et 4,6 % en 2010-2011. La dernière année présente les taux les plus bas. Une explication en serait que, sauf dérogation, les élèves de 13 ans ou ayant déjà redoublé en primaire passent directement en secondaire...

En général, depuis 2008-2009, on observe globalement une diminution du taux de redoublants dans l’enseignement primaire. Réjouissant!

En secondaire, c’est en troisième et en cinquième – des années-clés dans l’orientation scolaire– que les élèves doublent, le plus souvent, et accumulent des échecs, comme on peut le constater sur l’infographie ci-contre.

On observe que, selon la forme, les taux de redoublants en 3e se situent ces dernières années autour de 12 % en section générale, de 27 % en technique de transition, de 34 % en technique de qualification (avec un taux de 32 % en 2010- 2011) et de 27 % en professionnelle.

Idem pour la cinquième, avec des taux relativement plus bas.

En rhéto par contre, on explique le faible taux de rédoublants (7,3 % en 2010-2011) par les abandons en fin de parcours (décrochage scolaire, l’arrivée à l’âge de la majorité et donc fin de l’obligation scolaire, ou encore le choix de l’enseignement en alternance ou de promotion sociale.

Dernière comparaison: en 2010-2011, 6,2 % des élèves fréquentant la 1ère année primaire sont redoublants (y effectuent une année complémentaire) ; c’est le cas de 4,6 % en 2e primaire et de 3,9 % en 3e primaire. Côté secondaire, en 2010-2011, il y a 12,7 % de redoublants en 1ère année secondaire, en 3e année, ils sont 21,2 % à redoubler et en 5e année, 18,5 %.