Édito : Surpris les doigts dans le pot de confiture

Le discours royal crée la polémique en Flandre. Mais pourquoi certains d'entre-eux se sont-ils directement sentis visés?

Christian Laporte
Édito : Surpris les doigts dans le pot de confiture
©Belga

Qui se sent morveux, qu’il se mouche...Certes, jusqu’ici, ils n’ont pas avoué leurs fautes et encore moins annoncé qu’ils allaient se repentir mais il est quand même surprenant de constater que très rapidement après sa diffusion, les milieux nationalistes flamands extrêmes aient tenu à exprimer leur ire face au passage du discours royal de fin d’année sur les périls du populisme.

Il faut croire qu’ils se sont sentis particulièrement visés lorsque Albert II a mis en garde contre les discours populistes pour ne pas dire poujadistes qui s’efforcent toujours de trouver des boucs émissaires à la crise, "qu’il s’agisse de l’étranger ou des habitants d’une autre partie de leur pays". Entre les juifs des années trente et les Wallons de ces dernières décennies vus à travers certaines œillères nordistes, la distance sémantique est pourtant bien plus courte que les 80 ans qui nous en séparent dans l’espace-temps... L’avertissement royal venait pourtant à son heure dans une allocution qui, une fois n’est pas coutume, n’a pas fait la moindre allusion à nos palabres communautaires. Il est vrai que l’on est au milieu du gué après la scission de B-H-V et avant une seconde phase de sixième réforme qui devra surtout réussir à mettre d’accord des exégèses très contrastées. Il est, davantage encore, vrai aussi que la Belgique a bien d’autres chats à fouetter en ce moment pour surmonter la crise économique, sociale et financière. Ce n’est certainement pas le moment de relâcher l’effort et cela tant sur le plan interne qu’européen. Trop consensuel le Roi ici? Que nenni, froidement réaliste si on veut donner un avenir à la Belgique...

Sur le même sujet