Yasmine Kherbache, l’atout flamand d’Elio

La chef de cabinet "NL" d’Elio Di Rupo, comme lui socialiste et issue de l'immigration, elle a un énorme avantage: celui de connaître parfaitement la Flandre. Et encore plus particulièrement son cœur économique et politique : Anvers.

F.C.
Yasmine Kherbache, l’atout flamand d’Elio
©Photonews

Belgo-algérienne, Yasmine Kherbache, la chef de cabinet "NL" d’Elio Di Rupo, ne pouvait que s’entendre avec le Premier : tous les deux sont issus de l’immigration, tous les deux sont socialistes, tous les deux sont convaincus que les soins de santé et l’éducation doivent être protégés à tout prix. Cette quadra, juriste de formation, a un énorme avantage : celui de connaître parfaitement la Flandre. Et encore plus particulièrement son cœur économique et politique : Anvers.

Discrètement, elle prend le pouls du nord du pays et aide Elio Di Rupo à décoder l’opinion publique flamande, si difficile à cerner pour bon nombre de francophones.

Tacitement, elle est également chargée de s’assurer qu’en Flandre les décideurs comprennent bien les politiques mises en œuvre par le gouvernement fédéral. Il est vrai que Yasmine Kherbache est une fine technicienne, experte dans les dossiers socio-économiques. Réaliste, elle a aussi un sens aigu de la politique. Elle s’est d’ailleurs présentée en deuxième place, juste derrière Patrick Janssens, sur la Stadslijst de l’ex-bourgmestre d’Anvers lors des élections communales de 2012.