Décret Marcourt: Lutgen "attaché à la liberté d'association"

Le président du cdH Benoit Lutgen a déclaré être "favorable à davantage de collaboration entre universités au-delà de la réalité entre courants", mais pas à n'importe quel prix...

Décret Marcourt: Lutgen "attaché à la liberté d'association"
©BELGA
Belga

Le président du cdH Benoît Lutgen a insisté jeudi soir sur l'attachement de son parti à la liberté d'association dans le contexte de la réforme de l'enseignement supérieur.

Le gouvernement de la fédération Wallonie-Bruxelles est à la recherche d'un consensus sur la transformation du paysage de l'enseignement supérieur en pôles géographiques préconisée par le ministre Jean-Claude Marcourt (PS).

"Nous sommes favorables à davantage de collaboration entre universités au-delà de la réalité entre courants, mais nous sommes aussi attachés à la liberté d'association. Nous veillerons à concilier ce point de vue avec l'encouragement à travailler ensemble, entre Hautes écoles et Universités pour offrir les meilleures formations possibles", a déclaré Benoît Lutgen à l'occasion de la première étape, à Bruxelles, de sa tournée des bons voeux aux militants cdH dans les arrondissements de Bruxelles-Hal-Vilvorde et de Wallonie.

Parmi les militants bruxellois, on a relevé la présence du recteur de l'UCL qui avait exprimé il y a quelques semaines les réticences de son institution au projet de regroupement en pôles géographiques.

Autre dossier relatif à l'enseignement évoqué par Benoît Lutgen: la formation des instituteurs et des régents. Pour lui, une prolongation de trois à cinq ans de la durée des études serait budgétairement intenable pour les familles et pour la fédération Wallonie-Bruxelles.

Le cdH est par contre favorable à un accompagnement des jeunes à la sortie des études par des enseignants en fin de carrière, a-t-il dit.

Sur le même sujet