Pape Léonard I? "Je suis trop âgé"

"Je suis trop âgé et je n'ai pas assez d'expérience sur le plan international": c'est en ces termes que l'archevêque Mgr André-Joseph Léonard a laissé entendre, lundi au cours d'une conférence de presse, qu'il n'ambitionnait pas de devenir le prochain souverain pontife.

BELGA
Pape Léonard I? "Je suis trop âgé"
©Johanna de Tessières

"Je suis trop âgé et je n'ai pas assez d'expérience sur le plan international": c'est en ces termes que l'archevêque Mgr André-Joseph Léonard a laissé entendre, lundi au cours d'une conférence de presse, qu'il n'ambitionnait pas de devenir le prochain souverain pontife.

Le pape Benoît XVI a annoncé lundi qu'il quittera sa fonction le 28 février.

En mars, les 119 cardinaux électeurs, ceux qui ont moins de 80 ans, se réuniront en conclave pour désigner un successeur.

L'église catholique de Belgique y sera représentée par le cardinal Godfried Danneels, qui soufflera ses 80 bougies au mois de juin.

L'archevêque André-Joseph Léonard n'a pas encore le titre "nobiliaire" de cardinal et ne peut de ce fait participer à ce vote.

Cela le désole-t-il? "Désolé? Non, je ne suis jamais désolé par quelque chose", a-t-il répondu. Le nouveau pape, estime Mgr Léonard, devra avoir des capacités de leader et une expérience internationale.

Il devra être apte à nouer le contact avec les gens, être ouvert à la communauté oecuménique et maintenir un dialogue interreligieux. Et être en bonne santé. Etre "cardinal" n'est pas une condition indispensable pour être élu pape, mais l'histoire nous apprend que c'est presque toujours le cas.

Le cardinal Danneels, seul prélat belge à prendre part au conclave

Le cardinal Godfried Danneels sera le seul prélat belge à prendre part au conclave qui se tiendra dans quelques semaines pour choisir un successeur au pape Benoît XVI, a confirmé le canoniste Rik Torfs. Le sénateur CD&V voit dans la démission du pape "une nouvelle étape surprenante dans l'histoire de la papauté". La désignation d'un nouveau pape se passe habituellement lors d'un conclave auquel prennent part les 120 cardinaux-électeurs qui n'en sortent - au sens premier du terme - que lorsque la fumée est blanche, signe qu'un successeur a été trouvé. Rik Torfs confirme également que seul le cardinal Danneels prendra part au vote, Mgr Léonard, l'archevêque de Malines-Bruxelles n'étant pas cardinal.

Le canoniste qualifie par ailleurs la démission de Benoît XVI de "cas unique". Le dernier pape à avoir renoncé à sa charge est, selon ce spécialiste du droit canon, le pape Celestin V, en 1294. D'autres papes ont également démissionné mais cela s'inscrit dans le contexte de lutte entre Rome et Avignon. "C'est très exceptionnel mais c'est possible", poursuit Rik Torfs. "Tant que c'est volontaire". "Le pape est la plus haute instance au sein de l'Eglise, donc personne ne peut accepter ou approuver son retrait".

La manière dont la recherche d'un successeur va se dérouler n'est pas encore définie, selon le juriste louvaniste. "Le règlement de la succession du pape dépend énormément du pape défunt", poursuit Rik Torfs. "Quand et comment cela se déroulera doit encore être déterminé."

Un désavantage éventuel au retrait du pape actuel pourrait être, selon le canoniste, que les cardinaux n'osent pas opter pour un profil radicalement différent afin de ne pas heurter son prédécesseur.

Enfin, aucun candidat sérieux ne se dégage pour l'instant, ajoute Rik Torfs.