Battu à mort dans un commissariat d'Anvers

L'émission Panorama de la chaîne VRT a diffusé jeudi soir sur Canvas une reconstitution des derniers instants de Jonathan Jacob, un jeune de 26 ans décédé il y a trois ans dans une cellule de la police de Mortsel après avoir été maîtrisé par l'équipe d'assistance spéciale de la police anversoise.

Belga
Battu à mort dans un commissariat d'Anvers
©D.R.

L'émission Panorama de la chaîne VRT a diffusé jeudi soir sur Canvas une reconstitution des derniers instants de Jonathan Jacob, un habitant d'Affligem de 26 ans décédé il y a trois ans dans une cellule de la police de Mortsel après avoir été maîtrisé par l'équipe d'assistance spéciale de la police anversoise. Lors de ce reportage, des images de ce qui s'est passé dans la cellule ont été diffusées pour la première fois.

Jonathan Jacob était sous l'influence d'amphétamines quand il a été interpellé le 6 janvier 2010 en rue par la police de Mortsel et conduit au commissariat. La police a fait appel à un docteur qui a estimé qu'il devait être placé en institut psychiatrique. Un établissement de Boechout a toutefois refusé de prendre en charge le jeune turbulent. La police l'a alors reconduit dans une cellule du commissariat de Mortsel et il a été décidé de lui administrer un calmant.

La police locale a alors fait appel à l'équipe d'assistance spéciale de la police anversoise. Sur les images prises par la caméra, on voit qu'une grenade lumineuse est lancée dans la cellule, suivie par l'intervention de six policiers munis notamment de boucliers. Le jeune homme a reçu des coups de poing et a été immobilisé le temps de l'injection.

Les policiers ont constaté peu de temps après qu'il ne respirait plus et n'avait plus de pouls. L'autopsie a révélé qu'il avait succombé à une hémorragie interne, provoquée par l'intervention musclée de la police.

Début février, la chambre du conseil a décidé de renvoyer l'ancien directeur et un psychiatre du centre psychiatrique Alexianen de Boechout devant le tribunal pour abstention coupable, de même qu'un agent de l'équipe spéciale d'intervention pour les coups portés au jeune homme.

Cet article génère un nombre très important de commentaires qui doivent être tous revus en raison du sujet abordé. Il ne nous est matériellement pas possible d’assumer cette charge additionnelle. En conséquence, cet article ne sera pas ouvert aux commentaires. Veuillez nous en excuser. Merci de votre compréhension. La modération.