Procès De Gelder: une pétition pour plus de droits aux parties civiles

Les parents d'une victime de Kim De Gelder, jugé à Gand pour quatre assassinats et 24 tentatives d'assassinat, ont lancé une pétition pour conférer davantage de droits aux parties civiles lors d'un procès d'assises.

Belga
Procès De Gelder: une pétition pour plus de droits aux parties civiles
©BELGA

Les parents d'une victime de Kim De Gelder, jugé à Gand pour quatre assassinats et 24 tentatives d'assassinat, ont lancé une pétition pour conférer davantage de droits aux parties civiles lors d'un procès d'assises, a indiqué dimanche la VRT. Ils demandent notamment un droit d'intervention lors de la constitution du jury, ainsi que la possibilité de récuser un juré potentiel. Les pétitionnaires souhaitent aussi que les parties civiles soient entendues lors des débats sur la peine. Enfin, ils s'érigent contre la présence des parents de l'accusé dans la salle d'audience.

A l'ouverture du procès mardi, un avocat des parties civiles avait déposé en vain une requête visant à accorder aux parties civiles le même droit de récusation des jurés potentiels que le ministère public et la défense.

Vendredi, alors que le président demandait si quelqu'un avait une objection quant à la présence des parents de Kim De Gelder dans la salle d'audience dès mardi prochain, le père d'un des deux bébés tués a protesté vigoureusement. Le président lui a demandé de se calmer, sous peine de le faire expulser de la salle d'audience. Les personnes appelées à témoigner ne peuvent normalement pas assister à l'audience avant leur témoignage, à l'exception des parties civiles et des parents de l'accusé.

Kim De Gelder, 24 ans, répond depuis mardi du massacre commis le 23 janvier 2009 dans une crèche à Saint-Gilles-lez-Termonde et de l'assassinat d'une septuagénaire une semaine plus tôt.