De Gelder capturé par un policier seul

A peine 65 minutes : c’est le temps qu’il a fallu pour que la police arrête De Gelder après qu’il eut commis un carnage à la crèche du Pays des Fables à Termonde, tuant deux bébés et une soignante. L’alerte a été donnée le 23 avril 2009 à 10h19. La première patrouille est arrivée à 10h25.

Jacques Laruelle

Nez fin Audience

A peine 65 minutes : c’est le temps qu’il a fallu pour que la police arrête De Gelder après qu’il eut commis un carnage à la crèche du Pays des Fables à Termonde, tuant deux bébés et une soignante. L’alerte a été donnée le 23 avril 2009 à 10h19. La première patrouille est arrivée à 10h25.

Immédiatement, une chasse à l’homme est lancée sur base de la description donnée par des témoins de la scène : un homme roux, mesurant de 1,75 à 1,80 mètre, au teint pâle, muni d’un sac à dos gris, en vélo. Toutes les patrouilles de la région ont été mobilisées et un hélicoptère de la police fédérale a été envoyé sur place.

Que se serait-il passé si Kim De Gelder, qui, on l’apprendra plus tard avait tué une septuagénaire à Vrasene une semaine plus tôt, n’avait pas été rapidement capturé ? Aurait-il encore frappé ? Impossible à dire. Mais il semble que s’il n’avait pas été interpellé à 4 kilomètres des lieux, l’enquête aurait été très difficile. "C’est une vraie chance qu’il ait pu être arrêté", a expliqué devant la cour d’assises le commissaire Luc Boterberg, directeur judiciaire de la PJF de Termonde. Car, comme il l’a précisé, il n’y avait guère d’éléments qui pouvaient conduire vers Kim De Gelder : "Des traces matérielles, du sang, des empreintes digitales. Mais nous n’aurions pu les comparer avec rien." Les parents de Kim De Gelder n’auraient pu les guider vers leur fils car il avait, trois mois plus tôt, rompu tout contact avec eux.

L’interpellation de Kim De Gelder est le fait d’un inspecteur de quartier de la police locale de Buggenhout. "Quand j’ai entendu l’appel, j’ai décidé de patrouiller. J’ai d’abord pensé aux petites routes", a expliqué Patrick De Mey. Il a vu passer un cycliste, roux, avec un sac à dos. "Cela pouvait correspondre", a-t-il dit. Il a fait demi-tour et a fait signe au cycliste pour qu’il s’arrête. Kim De Gelder s’est rapidement exécuté. M. De Mey trouvait cela d’autant plus suspect que les jeunes cyclistes ne sont généralement pas très prompts à s’arrêter.

"Il avait les yeux écarquillés, un air déterminé et un léger sourire au coin des lèvres", relate M. De Mey. Il lui a demandé où il allait et qui il était. Kim De Gelder lui a répondu qu’il était de Grembergen et qu’il se dirigeait vers le centre commercial, tout en désignant le chemin inverse. Pour M. De Mey, c’en était assez : "J’ai appelé du renfort et, par mesure de sécurité, j’ai sorti mon pistolet de son holster. Je lui ai dit de se mettre contre le mur, les jambes écartées." Des renforts sont arrivés. Ils ont senti qu’il portait, sous sa veste, des dessous rigides : une veste pare-balles. Du maquillage, un couteau, une hachette ont été découverts dans son sac à dos. Le doute n’était plus permis.

L’attitude impassible de De Gelder contraste avec celle des policiers intervenus à la crèche. Nombreux sont ceux qui en restent choqués ou sont en incapacité. Pour Me Haentjens, avocat de De Gelder, cela démontre que son client serait irresponsable : "Vous êtes-vous posé la question de savoir comment, après un tel carnage, il pouvait avoir une telle attitude ?", a-t-il lancé à M. De Mey qui a botté en touche : "Je ne me suis pas posé la question. J’ai fait mon travail de contrôle." Par contre, pour Me Vermassen, principal avocat des parties civiles, le fait que De Gelder avait dans son sac à dos une carte pêchée sur Google Maps avec, au verso, un itinéraire imprimé vers trois crèches de Termonde montre qu’il possédait bien toute sa tête. Tout l’enjeu du procès.

Et cette feuille, montrée hier, fait froid dans le dos : on y voit ainsi, ajouté à la main : "Cible 1 : maximum 28 enfants, 2 à 5 adultes. Cible 2 : Max. 28 enfants, 3 à 6 adultes. Cible 3 : Max. 43 enfants, 4 à 9 adultes." On le sait, la crèche du Pays des Fables était la cible 2. De Gelder avait renoncé à la première car il y avait trop de monde dans ses abords immédiats.